Le manque de sommeil favorise l’apparition de troubles mentaux, démontre une nouvelle étude

Écrit par Briac Julliand
Le 24.05.2018, à 11h29
02 MIN LI-
RE
©DR
Écrit par Briac Julliand
Réalisée sur 91 000 personnes en Angleterre, une étude publiée dans The Lancet – revue médicale scientifique d’outre-Manche – fait état du lien entre le dérèglement de l’horloge biologique et les troubles du comportement. Avis aux amateurs de soirées sans fin.


Si personne n’a besoin d’étude pour tisser un lien de causalité entre un sale comportement et une dizaine d’heures passées en club, le texte publié par The Lancet pousse la démarche plus loin. Selon des scientifiques ayant réalisé une étude sur près de 100 000 Britanniques, le manque de sommeil favoriserait l’apparition de troubles mentaux, de la psychose au trouble bipolaire, et accroîtrait la capacité des insomniaques – volontaires ou non – à être de mauvaise humeur.

Si le deuxième effet n’est un scoop pour personne, l’article détaille le fonctionnement de l’horloge interne, appelée circadienne, première victime des soirées tardives. Celle-ci représente l’ensemble des rythmes selon lesquels fonctionnent nos organes. Ainsi, se coucher trop tard ou trop tôt, selon les préférences, peut avoir des conséquences néfastes sur les fonctions cognitives, comme la mémoire ou la capacité d’attention, toutes réglées sur un certain rythme.

   À lire également
Les personnes qui dorment mal seraient plus exposées aux traumatismes

Les scientifique préconisent donc de profiter de nuits reposantes après des journées intenses, en se calquant, dans la mesure du possible, sur l’équilibre jour-nuit. Une décision sage, mais qui ne plaira pas aux clubbeurs. Si des sorties occasionnelles ne devraient pas avoir autant d’impact sur le métabolisme, les technophiles sont prévenus.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant