Le festival DGTL devient 100% végétarien

Écrit par Pierre Serafini
Le 18.02.2016, à 11h52
02 MIN LI-
RE
Écrit par Pierre Serafini
On parle souvent des line-up, des lieux exceptionnels ou des sound-system pour décrire l’atmosphère d’un festival. Mais qu’en est-il de l’expérience culinaire vécue par les festivaliers? Le DGTL festival s’est posé la question et a fait un choix radical en bannissant la viande de ses stands. L’occasion pour nous de faire un petit tour dans l’assiette des festivaliers français.

Qui n’a jamais fait une file de deux heures entre deux concerts pour un burger ou un kebab préparé amoureusement et à un prix ultra démocratique ? 

Dans un élan écologique, le DGTL festival a décidé de rompre avec les traditions culinaires de la plupart de ses concurrents en proposant une nourriture 100% végétarienne et à impact limité sur l’environnement. Le festival amstellodamois n’en est pas à sa première initiative du genre et avait déjà tenté de réduire son empreinte carbone en recyclant l’urine des festivaliers.

Si l’initiative peut être perçue comme radicale par certains, elle s’inscrit dans une logique que certains festivals français suivent déjà.

Le We Love Green par exemple, s’érige en figure de la mouvance grâce à sa charte éco-responsable et son impact environnemental limité. D’autres comme le Weather Festival suivent également le pas, comme nous l’expliquent les organisateurs :  » Suite à la demande, nous élargirons notre offre pour l’édition 2016. Il y aura des plats faits avec des produits locaux, des plats végétariens et nous aurons également des food-trucks bio. Un petit-déjeuner au petit matin sera également prévu.« 

Si ces initiatives fleurissent un peu partout en France, on ne va pas vous cacher que casser la croûte en festival relève plus souvent de l’épreuve que du plaisir. Passé la file et les prix, la maigre pitance proposée dans l’assiette est souvent de qualité médiocre. On ne peut donc qu’encourager ces festivals à combler notre appétit culinaire de la même façon qu’ils comblent nos oreilles avisées, tout en saluant l’initiative risquée mais nécessaire du DGTL.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant