Le DJ Joey Negro abandonne son nom de scène jugé déplacé

Écrit par Emma Buoncristiani
Photo de couverture : ©D.R.
Le 21.07.2020, à 19h14
02 MIN LI-
RE
©D.R.
Écrit par Emma Buoncristiani
Photo de couverture : ©D.R.
0 Partages
Le producteur britannique, spécialiste du disco et de la funk a annoncé sur Facebook qu’il signerait désormais sous Dave Lee, son vrai nom.

Après que The Black Madonna a changé de nom pour devenir The Blessed Madonna hier, c’est aujourd’hui au tour du roi du disco Joey Negro de revenir à son nom de baptême : Dave Lee. Le DJ britannique affirme avoir pris cette décision seul et l’a annoncé sur un post Facebook ce mardi 21 juillet. « J’ai tenté d’arrêter d’utiliser cet alias plusieurs fois mais il n’est pas facile d’établir un nouveau nom en tant qu’artiste et j’ai fini par y retourner […] J’ai récemment reçu des courriels, des tweets, etc. disant qu’il était inacceptable et déplacé en 2020 – et je suis d’accord ».

I’ve understandably been asked the question of how did you come up with the alias Joey Negro many times. If you don’t…

Publiée par Joey Negro sur Mardi 21 juillet 2020

Le DJ dévoile également l’origine de son nom. L’anecdote date de 1990, lorsque les propriétaires du label Nu Groove Records lui ont demandé un nom d’artiste pour la sortie de son titre “Do It, Believe It”. « J’avais un tas de disques à côté de mon bureau au travail, parmi eux, il y avait « Reach Up To Mars » de Pal Joey et « Shoot The Pump » de J Walter Negro. J’ai noté quelques-uns des noms du vinyle et je les ai juxtaposés les uns aux autres. […] Une fois, j’ai entendu un album de J Walter Negro annoncé à la radio comme une nouvelle sortie, le DJ a prononcé “Negro” à l’espagnole, et c’est comme ça que j’ai choisi le nom ».

Depuis plus de 3 décennies, Dave Lee a su s’imposer sur la scène électronique avec sa disco légendaire. Beaucoup qualifient son style de disco-house. Il commence à s’intéresser à la musique à la fin des années 1970, collectionnant les disques de disco, de funk et de soul. Après être arrivé à Londres quelques années plus tard, il crée son propre label en 1988, nommé Republic Records. Connu pour ses compilation de remix de disco et de funk, il a notamment réalisé un édit de la célèbre musique « Everybody Dance » du groupe américain Chic, sorti en 1978.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant