Le club fabric de Londres va accueillir une soirée Mad Max

Écrit par Paul Brinio
Le 12.01.2017, à 10h58
02 MIN LI-
RE
©Mad Max Fury Road Warner Bros.
Écrit par Paul Brinio
Le 20 février, Fabric sera l’hôte d’une soirée organisée par la célèbre créatrice de mode Vivienne Westwood. L’évènement, intitulé SWITCH, sera centré sur l’organisation Climate Revolution pour laquelle milite la styliste britannique. Avec A Guy Called Gerald aux platines, cette soirée à la particularité d’exiger un dress-code atypique : le thème Mad Max. 

Celle que l’on surnomme “l’enfant terrible de la mode”, la Britannique Vivienne Westwood a encore frappé, pour la bonne cause. Reconnue aujourd’hui pour avoir participé à l’essor de la mode punk dans les années 70, la styliste et créatrice de mode de 75 ans a aujourd’hui un nouveau combat, l’écologie. Après une campagne de sensibilisation Save The Artic, et d’autres engagements pour la planète, Vivienne Westwood s’est beaucoup impliquée grâce au site Climate Revolution, notamment sur la transition énergique et le passage à l’énergie verte.

C’est sur ce dernier thème que sera centrée la soirée SWITCH qui se déroulera à Fabric le 20 février. La soirée aura pour but de sensibiliser au changement climatique, avec des interventions de la styliste ainsi que du directeur du fournisseur d’énergie verte Ecotricity, Dale Vince. 

   À lire également 
Pikip : Un sound-system solaire mobile pour danser toute la nuit

Pour l’occasion, les organisateurs de la soirée SWITCH ont choisi un dress-code de circonstance : Mad Max. Ce thème semble tout à fait approprié lorsque l’on fait le parallèle avec le contexte de la quasi-totalité des films qui se déroulent dans un univers post-apocalyptique. Ce n’est pas la première fois que Vivienne Westwood s’empare de cet univers puisqu’elle avait déjà organisée une soirée sur le thème “sea warrior” dans la boîte du quartier de Soho à Londres, The Box. Un thème qui n’est pas sans rappeler le film Waterworldtout aussi post-apocalyptique que la saga Mad Max

Les noctambules engagés qui se rendront à Fabric ce soir du 20 février auront-ils la chance de voir le légendaire A Guy Called Gerald accroché à un mur d’enceintes et équipé d’une TB-303 et d’un lance-flamme ? Quoi qu’il en soit, l’univers de l’artiste correspond parfaitement au thème choisi par Westwood, volontairement provocateur et cynique quant à l’avenir de la planète. 

A Guy Called Gerald Boiler Room

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant