Laurent Garnier, Peggy Gou et MCDE vont enflammer les pelouses d’un campus à Madrid au festival Paraíso

Écrit par Antoine Gailhanou
Le 05.04.2019, à 12h38
02 MIN LI-
RE
©Rodrigo Mena Ruiz
Écrit par Antoine Gailhanou
Le Paraíso Festival revient les 14 et 15 juin à Madrid. Poursuivant son exploration du spectre électronique, il annonce une programmation d’artistes venus du monde entier tout en promettant de concilier éco-responsabilité et tout-confort.

L’été prend de l’avance grâce au festival Paraíso. Le jeune événement bénéficie de l’expérience de José Moran, co-fondateur et également derrière le festival international de Benicassim, qui était dédié aux musiques indépendantes pop, rock et électroniques. Après une première édition réussie, les organisateurs investiront cette année le campus de l’Université Complutense de Madrid (UCM) les 14 et 15 juin prochains avec une riche programmation.

   À lire également :
Madrid : Le nouveau festival Paraiso nous a rappelé nos premières free-party en mode arc-en-ciel

Parmi les têtes d’affiche se trouvent quelques légendes françaises comme Cerrone ou Laurent Garnier. Le festival accueillera également le Bulgare KiNK et ses kicks efficaces, ainsi que Solomun, autre grand nom de la scène techno européenne. L’artiste bosniaque résident d’Ibiza vient par ailleurs d’annoncer un nouvel album à venir, laissant présager un set truffé de nouveaux morceaux.

À ces grands noms se joindront d’autres valeurs sûres, comme l’Allemand Motor City Drum Ensemble et sa house soulful aux couleurs retro. Il faudra également compter sur la jeune Coréenne Peggy Gou, qui s’est imposée ces dernières années comme la nouvelle référence de la house, et le producteur équatorien Nicola Cruz, dont les morceaux empreints des sonorités d’Amérique du sud laissent présager un voyage électronique sur le continent latin. Dans autre veine, l’Israélien Moscoman, patron du label Disco Halal, promet un set house énergique, puisant dans les musiques traditionnelles de tout le Moyen-Orient.

Grande nouveauté de cette édition : la scène “Nido” (nid en espagnol), dédiée exclusivement aux artistes madrilènes. En effet, pour les organisateurs, « les DJ’s et producteurs locaux ont beaucoup à apporter à la scène électronique actuelle. »

Par ailleurs, le festival met l’accent sur son engagement éco-responsable : la nourriture proposée y sera locale et bio, la consommation énergétique optimisée, et les déchets seront réduits tout au long du week-end. L’objectif est de compenser le bilan carbone du festival par une opération de reforestation à Madrid, ainsi que de sensibiliser le public à ces problématiques.

Plus d’informations sur le site internet du Paraiso et sur la page Facebook de l’événement.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant