Laurent Garnier “Off The Record” : Quand le cinéma offre un visage à la Techno

Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©DR
Le 10.11.2021, à 14h28
02 MIN LI-
RE
©DR
Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©DR
0 Partages
Dans le film documentaire Off The Record réalisé par Gabin Rivoire, Laurent Garnier revient non seulement sur sa carrière désormais incontournable, mais aussi sur l’histoire et l’évolution du mouvement des musiques électroniques.

Par Harold Rive-Decaillot

On ne présente plus Laurent Garnier, icône internationale de la techno qui s’est mûe au gré des époques en une indétrônable figure du cool. Alors à quoi bon en faire film ? Mise à part une genèse un brin convenue de la naissance aux platines de notre ambianceur national que nous offre ce curieux document ? Off the record, film bienveillant où la parole circule allègrement, est loin d’être un pot-pourri à la seule gloire du DJ des DJs ; et s’apparente avant tout comme un témoignage essentiel sur 30 ans de créations festives et musicales parmi lesquelles ce même Garnier se pose en gardien d’un temple à l’apogée de son histoire.

Off the record a le mérite de se distinguer des productions cinématographiques souvent confuses à l’égard de la techno, brossant le plus souvent le portrait d’un milieu obscur en proie aux addictions. Or ici, on a plus tendance à surfer sur la good vibe distillée, au gré des entretiens, par le DJ français et les différents acteurs qui ont jalonné sa vie. Même si les puristes se sentiront sûrement en reste devant les passages sur l’émergence de l’acid ou des soirées mythiques de l’Hacienda, il est tout de même assez grisant de voir autant de figures du milieu s’épancher sur l’histoire d’un mouvement musical. Sans être exhaustif, Off the Record a tout de même le mérite de tracer les grandes lignes de ce qui a fait la gloire d’une génération de DJs, de producteurs et de programmateurs. Toutes notoriétés confondues, on se délecte des anecdotes de DJ Deep sur ses premières soirées au Rex ou celle de DJ Pierre et Phuture d’abord interdits face aux ondulations bizarres de leur TB 303, ou encore celles d’un producteur de l’ombre résumant l’humilité de Garnier à une « massive lesson about ego ».

L’autre fil conducteur de ce documentaire, c’est aussi le recul pris face à l’évolution d’un genre musical, qui est passé de l’étiquette de mauvais garçon de la culture à catalyseur de foule et de tendance, jusqu’à se retrouver au programme des plus grands musées ou institutions. Sa principale gageure ? Offrir un point de vue inédit sur les potentialités politiques de ce mouvement qui, malgré l’engouement qui l’entoure, continue à déranger.

Tour d’horizon sans pareil sur la chronologie houleuse et rythmée de cette ère musicale, Off the record offre au grand public et aux puristes un florilège indispensable d’images d’archives, d’anecdotes éclairantes et autres expériences technologiques à l’origine des premières teufs, et premiers tracks devenus aujourd’hui iconiques. Une ode à la techno que notre cher Lolo n’aurait su mieux résumer.

Tournée de projections dans toute la France du 1er au 21 novembre. Soirée homage prévue au Grand Rex puis au Rex Club à Paris le 21 novembre. Plus d’infos à retrouver sur la page Facebook de Laurent Garnier.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant