La voiture sera-t-elle bientôt le meilleur endroit où écouter de la musique ?

Écrit par Fouad Bencheman
Le 20.06.2019, à 10h21
04 MIN LI-
RE
©Pegeot
Écrit par Fouad Bencheman
Constructeurs automobiles et grands noms de la hi-fi collaborent toujours plus étroitement pour proposer une expérience sonore haut de gamme. La voiture du futur est-elle en train de devenir le lieu idéal pour l’écoute de musique ? Philippe-Emmanuel Jean (Peugeot), et Guillaume Sirami et Sébastien Dumas (Focal) ont répondu à Trax en novembre 2018.

Cet article a initialement été publié dans le n°216, encore disponible sur le store en ligne.

Depuis le dernier Salon de l’automobile mi-octobre, une drôle de pétition circule sur la plateforme Change.org. Près de 40 000 signataires demandent à la marque au lion de produire le plus vite possible leur dernier concept-car, le Peugeot e-Legend Concept, équipé d’une solution audio Focal. Clin d’œil à l’ancienne 504 coupé de 1969, la e-Legend est d’abord un laboratoire design, technologique et sonore. « Aujourd’hui, l’industrie automobile vit une triple révolution, explique Philippe-Emmanuel Jean, responsable stratégie concept cars chez Peugeot, et celle-ci impacte directement la gestion du son. La première est énergétique : la motorisation s’électrifie, le bruit du moteur ne trouble plus les passagers. La deuxième est liée à la connectivité : les véhicules deviennent une extension de notre maison, streaming audio, réseaux sociaux, jeux vidéo, cinéma… Enfin, les voitures deviennent autonomes et permettent à ses occupants de libérer du temps. » Conséquence directe, cela libère l’attention du conducteur et de l’espace dans l’habitacle. « Dans la Peugeot e-Legend Concept, le volant s’escamote sous une barre de son afin de dégager un écran de 49 pouces pour se détendre lors du trajet ». Un alignement des planètes qui pourrait être une aubaine pour les amoureux de musique. Car la voiture du futur se prédestine peu à peu à devenir un lieu ultraconfortable où l’on pourra écouter n’importe quelle musique avec une qualité audiophile tout en rêvassant devant le paysage. Une approche déjà bien comprise par les constructeurs.

La musique haute-fidélité en voiture n’est plus une chimère

Harman Kardon avec Mercedes, Devialet et Renault, Bose en synergie avec Nissan ou encore Peugeot en collaboration avec Focal… En 2017, sur 70 millions de voitures produites, entre 9 et 10 millions étaient équipées d’un système audio premium. L’engouement du public est réel et les constructeurs s’accordent à dire que la tendance risque encore de s’accélérer. Une suite logique tant la voiture a toujours été un lieu privilégié pour les audiophiles. Au fil des années, les modèles deviennent de plus en plus silencieux et le confort d’assise ne cesse de progresser, au point qu’il est presque devenu plus agréable de s’asseoir en voiture pour profiter de ses morceaux préférés que dans son bon vieux fauteuil. Le rapprochement avec de grandes marques audio n’était qu’une question de temps.

Grâce aux progrès de l’isolation acoustique, l’intérieur d’une voiture devient le lieu propice à une restitution hi-fi. Hormis les vitres, l’ensemble des matériaux sont capables d’amortir les ondes et d’éviter des surtensions dans la réponse en fréquence. Autre avantage, la proximité entre les haut-parleurs et les oreilles réduit considérablement la distorsion sonore. Les voitures récentes disposent également de nombreux espaces libres pour intégrer enceintes et amplificateurs. Sous le siège ou sur la banquette arrière, dans les portières ou sur le tableau de bord, cette multiplication de haut-parleurs enveloppe le conducteur dans une large scène sonore. « Nous travaillons quatre ans en amont pour arriver à ces installations sur des véhicules de série, précise Guillaume Sirami, OEM business manager chez Focal. Nous échangeons sur les moindres détails, comme le taux d’ouverture d’une grille de haut-parleur à 1 % près. La relation n’est pas celle de client à fournisseur, nous mettons en synergie nos apprentissages, c’est la clé de notre réussite. Notre expertise en matière de monitoring est par exemple très utile, car la position d’écoute en voiture et en studio se ressemble. »  Qui sait, peut-être qu’un jour, un album ne se composera plus dans un “home” mais dans un “car studio”.

Le mapping et le zoning, le futur de la musique embarquée

Aujourd’hui, en tout cas, le mariage de raison entre musique et asphalte se consomme sur trois niveaux, comme le montre le rapprochement 100 % français entre Focal et PSA. Depuis 2014, les deux entités collaborent sur plusieurs concept cars comme Peugeot Fractal ou Peugeot Instinct Concept. Depuis 2016, ils associent aussi leurs savoir-faire sur des véhicules de série, comme les Peugeot 3008 et 5008, 308 et 508. Enfin, cette année, la gamme Focal Inside a été spécifiquement développée pour Peugeot, afin de remplacer en “plug and play” les haut-parleurs d’origine sur les modèles disposant de l’audio de base. Les deux marques hexagonales redoublent donc d’efforts pour proposer un système audio de qualité aux voitures de toutes les générations.

« Le rêve ultime dans l’automobile, ce sont les système de mapping et de zoning: chacun peut alors écouter une source différente sans se gêner et sans casque »


Sur les concept cars les plus récents, les deux constructeurs se penchent sur de nouveaux usages. Car si la Peugeot e-Legend Concept exalte autant le public, c’est également dû à deux technologies sonores bien particulières, comme le souligne Sébastien Dumas, directeur chez Focal. « Le rêve sonore ultime dans l’automobile, ce sont les systèmes de mapping et de zoning : le premier adresse un message sonore uniquement audible par le conducteur, le second crée des bulles sonores en fonction de l’emplacement dans l’habitacle. Chacun peut alors écouter une source différente sans se gêner et sans casque. Techniquement, nous sommes capables de le faire, mais le plus gros obstacle est de savoir comment intégrer de manière naturelle ces faisceaux sonores directionnels dans l’habitacle. Dans les véhicules actuels, c’est impossible. Mais dans les voitures autonomes, la gestion de l’espace sera radicalement différente puisque le tableau de bord et le volant sont voués à disparaître. » Selon les experts, et en fonction de l’évolution de la législation, ce type de véhicule se démocratisera d’ici cinq à quinze ans.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant