La tendance “Officially Retired” met la pression aux artistes pour qu’ils se dépêchent de sortir leurs projets

Écrit par Clarisse Prevost
Le 20.04.2022, à 19h15
02 MIN LI-
RE
Écrit par Clarisse Prevost
Une nouvelle tendance qui consiste à annoncer la retraite de personnes publiques s’installe sur Twitter. Le but ? Semer la panique, provoquer une réaction.. et potentiellement obtenir une réponse.

Dernièrement, on a observé une tendance de plus en plus spontanée sur Twitter, qu’on pourrait résumer avec les mots suivants : “officially retired”. Signifiant littéralement “officiellement à la retraite”, ces statement ne sont autres que des rumeurs lancées dans l’objectif de devenir virales et d’atteindre l’oreille des principaux concernés. Le message ? Ils en ont marre d’attendre. Leurs cibles premières ? Les artistes qui se feraient un peu trop discrets (communiquant peu par choix, ou simplement car n’ont rien à promouvoir), d’après le goût des internautes.

Cette semaine, Kendrick Lamar a justement annoncé la sortie de son prochain album Morale & The Big Stepper répondant au tweet d’un fan qui s’est amusé à déclarer la retraite du rappeur.

Mais il n’est pas le seul a avoir été proclamé “retired”. On peut également compter – sur ces derniers jours – de nombreux noms parmi Frank Ocean, Lauryn Hill, Nekfeu, André 3000, Rihanna, Playboi Carti, Childish Gambino ou encore Kanye West. Et trollant la tendance, Kevin Abstract – rappeur et membre de BROCKHAMPTON – a lui-même utilisé ce nouveau leitmotiv pour pour dire à ses fans que le prochain projet serait bien le dernier album du groupe.

Entre amusement et volonté d’accablement de l’artiste — par naïve impatience, cette tendance peut en effet s’avérer problématique. La façon dont réagissent les followers du rappeur français Ateyaba (anciennement Joke) en est un bon exemple. Car depuis des années, ses prétendus auditeurs se pressent – à chaque tweet posté par l’artiste – à lui répondre par des phrases autoritaires, sournoises, et culpabilisantes, lui ordonnant de sortir son projet. Mais ce qu’ils semblent oublier, c’est qu’Ateyaba ne leur doit rien.

Dernier tweet en date :

Ces tweets peuvent être drôles et innocents mais un peu trop souvent, les fans se permettent de traiter les artistes comme des machines à concepts, machines à émotions, dont ils veulent consommer le travail. Le piédestal déséquilibre et biaise la relation créateur/auditeur entre idolâtrie et manque de respect, visiblement légitimé par une sensation de familiarité, en réalité factice.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant