La techno hardcore et le gabber réinventés en 51 morceaux par le crew Casual Gabberz

Écrit par Paul Brinio
Le 12.01.2017, à 16h56
02 MIN LI-
RE
©Le crew Casual Gabberz
Écrit par Paul Brinio
Attention ! Les gars du crew parisien Casual Gabberz vont sortir une double compile de 51 tracks le 17 février. Très justement intitulé Inutile de fuir ce manifeste réunit plus d’une trentaine d’artistes aux horizons différents mais animés par la même passion pour la culture et la musique hardcore/gabber. C’est du brutal, et on ne va pas s’en plaindre.


Pour les néophytes, le gabber est un dérivé de la techno hardcore apparu au début des années 1990, dans le bouillonnement électronique de l’époque. Très rapidement, et pendant une dizaine d’années, ce genre va devenir une culture à part entière, notamment au Pays-Bas d’où il est originaire. La légende raconte même que le gabber tirerait son nom du mot yiddish “chaver” qui signifie “frère”, le terme aurait été popularisé par le producteur néerlandais Paul Estak à l’époque. Bon, nous ne sommes pas là pour vous faire un historique du style, mais pour parler de la nouvelle compilation du collectif Casual Gabberz, qui, elle, est penchée vers l’avenir.

À lire également  
C’est quoi ton crew ? Casual Gabberz

À la base crew de DJ’s et organisateur de soirée né en 2013, Casual Gabberz s’est petit à petit mué en label, avec la ferme intention de redonner au gabber ses lettres de noblesse. Le collectif le plus hollandais de France a également réussi le pari d’assimiler au BPM survoltés du gabber les influences de la nouvelle génération Internet. La compilation Inutile de fuir s’inscrit dans cette démarche. Paul, un des membres du crew : “Dans nos soirées, nous avions l’habitude de ramener des DJ’s et producteurs qui n’avaient pas l’habitude de jouer ce genre de son. Cette compilation est un moyen de cristalliser ce concept en demandant à tous ces artistes de produire un track de gabber, avec leurs influences.Inutile de fuir est donc composée de plus de 50 tracks exclusifs, allant du hardcore au doom en passant par trance, le jump ou le hardstyle. La compilation sonne comme un hommage de la part de cette trentaine d’artistes qui mettent ainsi leur propre style au service d’une musique qu’ils respectent et chérissent. 

Parmi eux, on compte des célébrités comme Canblaster, Panteros 666 ou encore Voiron mais aussi des têtes moins connues qui font la scène hardcore d’aujourd’hui, à l’instar de Von Bikräv, ou Evil Grimace. On retrouvera également des artistes de l’Internet wave comme Kurama, Aamour Ocean, ou Krampf

Aujourd’hui, en exclusivité, Trax vous propose un extrait de cette double compilation avec le track du banlieusard parisien Benoit B, exilé en périphérie de Berlin, et fondateur du label Banlieue Records. Avec Global Euphoria, le Français mélange ses influences baléariques et rêveuses à l’hystérie du gabber et nous offre un morceau entre dancefloor et dreamy. Dites à vos esgourdes qu’il est inutile de fuir. 

Inutile de fuir sort le 17 Février 2017 en digital & coffret collector. 

Paul Seul du crew Casual Gabberz 

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant