La micro house roumaine retourne à Paris dans une friche industrielle secrète à la soirée Pisica

Écrit par Chloé Sarraméa
Le 30.01.2018, à 17h19
02 MIN LI-
RE
©Pisica
Écrit par Chloé Sarraméa
Habituellement dédiée à des styles plus sombres et brutaux, la fête en warehouse arborera cette fois-ci les couleurs de la micro house, sous l’étendard du collectif Pisica. Samedi 10 février prochain, de 23h à 10h du matin, se tiendra – dans un site industriel encore tenu secret – une teuf animée par des acteurs inconnus du genre, venus tout droit de Roumanie où la micro règne en maîtresse.

Onze heures de micro house et de minimal. C’est ce que promet le collectif Pisica (« chat » en roumain) en organisant – pour la troisième – une soirée warehouse. Celle-ci se tiendra dans un lieu « accessible en transports », situé dans la banlieue ouest de Paris. Le but du collectif : inviter des artistes inconnus du grand public dans un lieu qui se veut underground et pour le moins atypique. À l’occasion de leur deuxième soirée en warehouse, Pisica avait invité aux platines Mihai Pol, pour sa première date à Paris. Les deux duos ODEN & Fatzo avaient quant à eux assuré une partie de la soirée avec un live micro à huit mains.

Cette fois-ci, l’expérience immersive sera encore au rendez-vous. Pour ce faire, Pisica invite en têtes d’affiche les deux Roumains Radu Mirica et Octave, qui se produiront pour la toute première fois dans la capitale. Octave, DJ et producteur sur les labels CELO Records et In Records, viendra produire un set aux influences minimal, dont la froideur s’apparente à des sons de robots. Il sera suivi du Bucarestois Radu Mirica, qui produit sur le label londonien vinyl only Hoxton Records et chez les Italiens d’Inwave Imprint. Le line-up s’étoffe avec un b2b inédit, qui réunit Poggio, dont les sets oscillent entre micro, house et techno, et Bassam, figure de proue du crew CrazyJack.fr et fondateur du collectif Distrikt Paris. Fin de la programmation avec les sets de Saar, résident de Pisica, et du duo Ernest et Brieuc, de la Swarm Factory, en charge du warm-up.

Le soundsystem sera géré par le crew Open Air, qui équipera la soirée pour un son de qualité : des caissons – spécialement conçus pour la micro – seront disposés, et du line array y sera ajouté pour une diffusion optimale dans la warehouse. La scénographie, le bar et l’espace chill, seront confiés au crew Triple-D, qui prévoit d’utiliser des palettes en bois recyclé afin d’ajouter une touche « arty » au site industriel. Sur la scène, Triple-D installera une tête de chat lumineuse, au milieu de laquelle le DJ apparaîtra. De plus, le collectif Raeve Lucide, habitué des rave party, complètera les installations de Triple-D. Ils installeront une autre tête de chat, et le collectif Owk se chargera d’y projeter un mapping psychédélique. Raeve Lucide proposera également – dans l’espace chill – une sonorisation quadriphonique afin d’y jouer de l’ambient. Atmosphère psychée assurée.

Rendez-vous donc le 10 février dans une warehouse singulière encore tenue secrète pour fêter la micro, à partir de 23h.

Pour plus d’informations, on vous invite à vous rendre sur la page Facebook de l’évènement.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant