La Gen Z ne gère pas mieux le stress, elle a juste le courage de le refuser

Écrit par Clarisse Prevost
Le 17.10.2022, à 18h11
02 MIN LI-
RE
Écrit par Clarisse Prevost
Alors que les générations plus anciennes reprochent à la Gen Z de manquer de résilience, il semblerait que celle-ci ait au moins le courage de dénoncer ce qui ne lui convient pas dans le milieu professionnel.

« La Gen Z est la génération la moins résiliente que j’ai jamais vue. J’ai peur que lorsque j’embauche des personnes de cette génération, je doive presque faire des efforts supplémentaires pour vérifier qu’elles peuvent s’adapter à une culture de haute intensité où les demandes peuvent arriver le samedi – parce que le monde ne s’arrête pas le samedi et le dimanche » , déclare l’entrepreneur et podcasteur Steven Bartlett.

Comme Steven Bartlett, de nombreux individus qui n’appartiennent pas à la Gen Z la considèrent trop sensible, susceptible et dépourvue d’une force intérieure suffisante pour affronter les défis de la vie quotidienne à l’âge adulte. Pourtant, cette nouvelle génération évolue dans un environnement bien différent de ses précédentes : elle vit dans un monde virtuel de jugements instantannés et de voyeurisme où la situation écologique est critique et les journées de travail sont allongées d’environ 45 minutes– souvent utilisées par des longs et chronophages call.

En effet, les plus âgés pourraient objecter qu’ils sont confrontés aux mêmes situations. Dernièrement, le Gallup Global Workplace Report découvrait justement que le stress des employés avait atteint un nouveau record de 41 % chez les travailleurs britanniques qui déclarent le subir pendant une grande partie de leur journée de travail. C’est justement là que se dessine la divergence comportementale entre la Gen Z et les générations plus antérieures : celle-ci refuse l’état anxiogène de tension et en parle librement. Et alors que le sujet de la santé mentale était autrefois un tabou, il est aujourd’hui tout à fait commun pour cette nouvelle génération, qui avec courage, décide d’exprimer ses ressentis et ses désaccords. Finalement, elle défend la volonté de consacrer son temps — lequel est limité – à des activités professionnelles, épanouissantes, enrichissantes et plus en harmonie avec des valeurs personnelles.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant