Interview avec le discret Recondite

Écrit par Roxanne Gintz
Le 07.05.2015, à 09h20
06 MIN LI-
RE
Écrit par Roxanne Gintz
0 Partage
Comme nous vous parlions il y peu des deux sorties phares de Recondite, son EP et son LP, respectivement chez Life and Death et Absurd Recordings, on a souhaité connaître un peu plus le personnage et sa vision pour 2015.
Dans notre numéro #178 de décembre/janvier 2015, nous le rencontrions pour son précédent et troisième album Iffy. On remarquait déjà que l’Allemand, très attaché à sa forêt natale en Bavière, ne se dévoile pas facilement. Nous avons tout de même tenté de percer la carapace de l’un des artistes les plus demandés actuellement et dont le quatrième album est très attendu. Et si l’on y retrouvera évidemment sa patte, Recondite compte pourtant prendre un tournant d’acid music avec ce LP Placid  qui sortira à l’automne prochain sur Absurd Recordings.

Plus que de mental, ta musique parle avant tout d’émotions. Comment utilises-tu tes machines pour entrer dans le cœur des gens ? D’où vient cette mélancolie si propre à ton son ?

Pour moi, mes émotions se reflètent le mieux et se transfèrent directement dans la musique quand j’oublie tout ce qu’il y a autour et en étant juste devant mon ordinateur. Cela arrive seulement lorsque je me mets dans un état où je n’ai pas à bouger ou à pousser différents boutons. Tout ça me distrait. Je pense que cet amour pour les émotions mélancoliques provient du passé. Où et avec qui tu as grandi, comment tes parents ont vécu leur vie, etc…

Vois-tu la musique comme une certaine forme de thérapie ?

Oui complètement. Mentalement, c’est ce que je sais faire de mieux. Parfois, je réalise que mes émotions surgissent dans ma musique alors que je n’avais même pas conscience d’elles quand je l’ai écrite.

Pourquoi un quatrième album « entièrement acid ». Quelle est ton rapport avec cette musique ?

Pour être honnête, je n’ai jamais eu de connexion avec l’acid music auparavant. C’est marrant parce que dès que j’ai ouvert Emulator, que j’utilise d’ailleurs pour le son, beaucoup d’idées ont juste surgi dans ma tête et je ne pouvais pas m’arrêter. Je crois que ce son spécifique est si divers, il a tellement de choses à offrir en terme de fréquences.

On peut voir quelques similarités entre le track « Pass Up » et ton second album « Hinterland ». Comme si tu souhaitais aller de plus en plus lentement et de plus en plus profondément dans ta musique et en toi-même. Est-ce une forme de réponse pour ceux qui sont trop pressés de ressentir quelque chose ?

Mmmh, je n’ai pas vraiment l’intention de « répondre » à n’importe qui avec ma musique. C’est juste ma vibe. J’ai toujours eu des tracks plus lentes sur mon précedent album tout comme il y en a sur mon EP Think Twice qui vient de sortir. Je pense que je voulais avoir un aperçu d’un track du LP qui lui est un peu différent.

Comme les sept vies des Boudhistes, est-ce que l’on te connaitra entièrement lors de ton septième album ?

En fait, je dois dire que je suis déjà plutôt conscient de moi-même. Je veux dire par là que je connais mes forces et mes faiblesses. J’ai réalisé très tôt que tant que tu restes honnête à toi-même, et tu peux aussi être honnête avec ce qui t’environne, cela t’aide à te remettre en question tout le temps. Pour moi, l’honnêteté est la clé d’une vie équilibrée. Mais cela ne veut pas dire qu’il faut dire à tout le monde tes pensées.

Tu préfères utiliser le digital. Aujourd’hui, que penses-tu de la relation entre la technologie et les hommes ? Le digital n’aurait-il pas une influence sur les émotions et les relations humaines ?

Surtout de nos jours, la technologie et les humains sont plus proches l’un de l’autre qu’ils ne l’ont jamais étés. Nous l’avons voulu, sinon ce ne serait pas arrivé. Mon opinion est que désormais, notre génération se retrouve un peu coincée par toutes les possibilités grandissantes qu’offre l’évolution digitale.

Parfois j’ai l’impression que les gens gèrent ce truc digital comme un obèse gère la nourriture.
Ils pensent « Oh c’est si bon, j’en veux encore et encore » et ils sont si dépassés par son côté positif qu’ils ignorent les mauvais effets. Je suis sur que les générations futures trouveront une voie d’implanter les technologies dans leurs vies avec moins de défaut et de manière moins encombrante. Nous ne courrons plus dans les rues, aveugles à cause de nos yeux rivés sur un petit écran et tenu par une seule main qui n’a jamais été rendue si inutile en 200 ans. Je n’ai aussi pas peur de cette intelligence artificielle que l’on a créée et qui prendra le contrôle sur nos vies, qui nous frappera ou quelque chose du genre. Je laisse ces réflexions aux écrivains d’Hollywood. Nous sommes trop intelligents pour laisser ce genre de choses arriver.  

English Version

More than a mental thing, your music is a lot about emotions. How do you use machines (Hardware or software) to get into people’s heart ? Where does the Recondite melancholy come from ?

The relief of emotions and the direct transfer into music, for me happens in the best way if I am forgetting my surroundings while i sit in front of the computer. this only happens if i really get in to a state where I do’nt move a lot around. where i do’nt have to push many different buttons , and where i do’nt have to move around – because all of this is distracting me. I think a certain love for melancholic emotions just comes from your past.  where and how you grew up with, how your parents lived their live with you and so on.

Do you see music like a certain kind of therapy ?

Very much so. On a mental base, it is the most reliefing thing i can actually do. sometimes I realise that emotions come out in my music that I was’nt even aware off at the time I wrote it.

Why a fourth album « acid only » ? What is your relation with acid music ?

To be honest – I have’t had a real connection to acid music before. But it is funny – as soon as I open the Emulator I always use for the sound – many ideas just pop up in my head, and I can go on and on. I think this specific sound is very diverse and has a lot to offer in the frequency range.

I can see some similarities between « Pass-Up » and your second album Hinterland. Like if you wanted to go slower and deeper into your music and yourself. Is it your answer to those who are in a hurry to feel something ?

Mmmh – not really. I do’nt really have the intension to “answer” to anybody with my music. It s just my vibe. I always had slower tracks on my LPs before, and as there is also the THINK TWICE EP coming out now, I thought I d like to preview a track from the LP which is a bit different.

Like the 7 Boudhists lifes, will we fully know yourself on your 7th album ?

Actually I have to say that I m pretty aware of myself already. I mean I know my weak sides and my strong sides pretty well. I realised pretty early that as long as you are really honest to yourself – you can also be honest to your surroundings, which helps you to reflect yourself all the time.

For me honesty is the key to a balanced life. This does’nt mean that you tell everybody everything though.

You rather like using digital. What are your thoughts about relationship between technology and humans today ? Could we say digital is overstepping human relationships and emotions ?

Especially nowadays, technology and humans are much closer to each other than anytime before. We wanted it that way – otherwise it would nt have happened. My opinion is that right now, our generation is getting a bit caught up in the ever growing possibilities we have through especially digital evolution. Sometimes I feel that some people handle the digital stuff like a fat person handles food. They think like “Oh this is so good I wanna get more and more and the are so overwhelmed by the nice things about it that they actually ignore the bad side effects.

I m sure that future generations will find a way to implement digital technology much more flawless into our lives – less bulky. we wont be running around on the streets – blind with our eyes on a small physical screen with one hand holding it which is getting pretty much useless because of that in 200 years.

I m also not afraid of some artificial intelligence created by ourselves will take control of our lives and “strike back” or something – I leave these thoughts to hollywood writers. We are much to intelligent ourself to let this kind of thing happen.

0 Partage

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant