I Hate Models : Pourquoi l’intrigant phénomène de la techno française conquiert les foules depuis 2 ans

Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Alex Verhalle
Le 28.05.2019, à 17h25
02 MIN LI-
RE
©Alex Verhalle
Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Alex Verhalle
Avant le lancement le 21 juin de son album L’Âge Des Métamorphoses, le Français derrière I Hate Models s’occupera de clôturer la première soirée de l’édition 2019 de Nuits sonores avec sa techno puissante et habitée.

C’est sans conteste l’un des noms les plus attendus de cette nouvelle édition du festival Nuits sonores. Mercredi, dans le hall 2 des anciennes usines Fagor-Brandt, I Hate Models clôturera la première nuit du festival lyonnais dans une ambiance qui s’annonce déjà sauvage, de 3h à 5h du matin. Depuis son arrivée sur la planète techno il y a un peu plus de deux ans, le Français est en effet devenu le porte-étendard d’une jeune scène qui n’hésite pas à mêler sans complexe des courants aussi différents que la synthwave, les musiques industrielles, la trance, l’EBM ou les sonorités acid. À cela s’ajoute un puissant sentiment de nostalgie renvoyant aux raves des années 90 mais aussi aux soirées sans fin au fond des warehouses des années 2000.

Pour le reste, I Hate Models est un mystère. Planqué derrière un masque, le producteur et DJ refuse toutes les demandes d’interviews et entretient vis-à-vis des médias une certaine méfiance. Tout ça ne l’empêche pourtant pas de sortir le 21 juin sur le label Perc Trax un album impressionnant baptisé L’Âge Des Métamorphoses. Un titre qui n’a pas été choisi au hasard puisque le disque en question est un bel éloge à la transformation, passant d’un style à l’autre durant 93 minutes avec une puissance et une efficacité prodigieuse.

Si le public de Nuits sonores aura donc la chance de se confronter mercredi en direct au phénomène I Hate Models dont tout le monde parle (tout comme les spectateurs de The Peacock Society le 5 juillet prochain), la rédaction de TRAX Magazine a elle aussi eu l’occasion d’approcher le producteur français le temps d’un shooting photo à découvrir la semaine prochaine dans les pages du numéro 222 du magazine. Mais pour les plus curieux, en voici déjà un rapide aperçu. Avec masque, évidemment.


© Camille Mompach

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant