Harcèlement sexuel en milieu festif : Un appel au don a été lancé pour rendre les soirées plus safe

Écrit par Cécile Giraud
Le 15.07.2019, à 14h12
03 MIN LI-
RE
©Stop Harcèlement de Rue
Écrit par Cécile Giraud
Les collectifs parisiens Consentis, Stop Harcèlement de Rue et Handsaway ont remporté l’appel à projet du festival Rock en Seine, et seront présents sur le site de l’événement du 23 au 25 août pour lutter contre le harcèlement sexiste et sexuel. Alors que les associations viennent de lancer un appel aux dons pour financer leur stand, Mathilde Neuville, la fondatrice de Consentis, revient sur les tenants et aboutissants de ce projet humaniste dans l’air du temps.

Il arrive parfois de les croiser lors de soirées arrosées. Vêtu.e.s d’un haut blanc floqué d’un logo violet, à l’affût, sillonnant les rues parisiennes pour détecter le moindre geste déplacé. Une main aux fesses, un regard trop appuyé ou une danse non consentie… Depuis un an, l’association Consentis éduque ceux qui n’ont pas compris le concept de “safe space“, un espace où les corps sont libres, en sécurité, où les oppresseurs n’ont plus leur mot à dire. Préventive en milieu festif, bienveillante à souhait, elle vient en aide à la majorité silencieuse : ces femmes, ces trans, ces lesbiennes, ces hommes gays à qui l’on n’a pas donné la permission de danser librement. La fondatrice de l’association Mathilde Neuville, unit cette année ses forces à celle des collectifs Stop Harcèlement de Rue et Handsaway à l’occasion du festival Rock En Seine, où les trois entités occuperont un stand. Elles ont, pour ce faire, lancé un appel aux dons et fixé leur objectif à 2 000 euros.

En 2018, Consentis publiait une étude accablante : plus d’une femme sur deux déclare ne pas se sentir en sécurité en soirée lorsqu’elle n’est pas accompagnée. Dans le Trax n°223, Mathilde Neuville revient sur la nécessité des mesures à prendre en amont et pendant un évènement afin de limiter les risques de violences sexuelles et de discrimination, et donc de créer un “safe space”.

Dans quel contexte a été initié cet appel aux dons ?

Cet appel aux dons est réalisé dans le cadre d’un appel à projet mené par le festival Rock en Seine. Nous avons été retenu.e.s par le jury qui a vu dans cette initiative la portée humaniste et fondamentale de notre engagement contre les violences sexistes et sexuelles dans les espaces publics et les milieux festifs. Grâce à Rock en Seine, les festivaliers.ère.s peuvent déjà participer et s’impliquer au moment de payer leurs billets sur le site de la billetterie en laissant une participation d’un euro ou plus. Il s’agit de responsabiliser les divers acteur.ice.s de l’événement afin d’encourager un changement durable des mentalités et des méthodes de prévention vers une culture du consentement. Cet appel est également soutenu par la plateforme Commeon, qui nous a énormément aidés à lancer une campagne de financement participatif dédiée à nos actions pendant le festival Rock en Seine, mais aussi pour continuer ce que nous avons prévu d’entreprendre (campagnes de sensibilisation, partenariats, rédaction de chartes), dans les prochains mois, après le festival.

Comment s’est créé le partenariat avec Handsaway et Stop Harcèlement de Rue ?

Dans un bar, autour d’une bière ! Handsaway, Stop HDR et Consentis collaborent ensemble depuis déjà plusieurs mois. En juin dernier, nous avions réalisé une campagne de sensibilisation dans les rues de Paris. Comme nos thématiques sont aussi proches que complémentaires, on s’est dit que l’on devait continuer à travailler ensemble. La lutte contre le harcèlement et les agressions sexistes et sexuelles doit se faire partout, à tous les endroits. Par conséquent, l’ampleur des tâches à mener est immense et comme le dit l’adage : « l’union fait la force ! »

Que pourrons-nous voir sur ce stand ?

Il y aura plusieurs activités sur le stand : des mini-jeux visants à déconstruire les préjugés et injonctions à l’hétéronormativité, masculinité et féminité, des quizz pour tester ses connaissances par rapport aux définitions d'”aggression”et d'”harcèlement”, et bien sûr, de la sensibilisation sur le consentement sexuel.

Il paraît qu’il y aura des casques virtuels… 

Oui ! C’est HandsAway, qui a eu l’idée. Ils permettent de visionner un film montrant diverses situations de harcèlement sexuel et de donner l’illusion de les vivre. Se mettre à la place des victimes est une expérience choquante qui permet d’illustrer la sensation de malaise, de consternation voire de détresse que ressentent ces personnes. Nous pensons que la diversité des supports de sensibilisation permet d’augmenter nos chances de toucher différents publics. Ces casques sont un outil technologique très utile et efficace pour notre prévention.

Où pouvons-nous vous voir en attendant ?

En ce qui concerne Consentis, nous rentrons tout juste d’Astropolis où nous avons tenu un stand de sensibilisation aux côtés des associations Difenn, qui propose des cours d’autodéfense féministe et Les Impudentes, qui pose sa caravane de chill dans les milieux festifs. Nous aurons sûrement d’autres dates d’ici Rock en Seine, mais attendant, vous pouvez nous retrouver sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, et Twitter).

Le numéro 223 de Trax Magazine est actuellement disponible en kiosques et sur le store en ligne.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant