À écouter : la playlist parfaite pour visiter Glasgow par les boss de la techno écossaise, Slam

Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©D.R
Le 10.01.2020, à 18h39
02 MIN LI-
RE
©D.R
Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©D.R
0 Partages
On ne présente plus le duo Slam (Stuart McMillan et Orde Meikle), à la tête du label Soma en Écosse, et fer de lance de la techno européenne qu’ils ont marqué avec leur hit “Positive Education” en 1995. Vingt-cinq ans après, ils nous amènent faire le tour des bons plans de Glasgow en musique.

Cet article est initialement paru en décembre 2016 dans le numéro 198 de Trax Magazine, disponible sur le store en ligne.

Par Slam

Glasgow est une ville postindustrielle après avoir été l’un des plus importants ports de commerce du tabac à l’époque. Construite sur modèle de quadrillage à l’américaine, elle est peut-être la seule ville de ce genre au Royaume-Uni. On dit que c’est d’elle qu’est venu le style d’urbanisme tant répandu aux États-Unis.

Dans le même temps, Glasgow est une ville de contrastes : entre la sublime grandeur de l’architecture impériale du centre-ville d’un côté, et le déclin post-industriel de ses grands entrepôts, des docks de construction navale et de ses grues de l’autre. Mais quelque part, cette dégénérescence amène une certaine beauté au paysage, lui conférant les atouts parfaits pour le style musical préféré de la ville. Je pense qu’on peut aisément convenir que Glasgow est la Techno City du Royaume-Uni.

Et depuis les premières venues des artistes de Detroit tels Derrick May, Jeff Mills ou Robert Hood, jusqu’à la plus avant-gardiste techno d’aujourd’hui, les habitants de Glasgow ont accueilli le genre avec les bras grands ouverts. La ville accueille en son sein pléthore de talents techno (Deepbass, Edit Select, Echoplex, Jackmaster et l’écurie Numbers ou Gary Beck pour n’en nommer que quelques-uns). Il y a aussi ici l’une des meilleures universités du Royaume, et l’une des meilleures écoles d’art d’Europe.

Le Panther Milk Bar est situé dans le centre, caché dans une allée de Michel Street. Entrez au Tobacco Bar, et frappez à la porte de l’issue de secours : vous voici dans une réserve feutrée et tamisée, servant un breuvage alcoolisé à base de lait. Le tout donne une vraie sensation d’illégalité, tout en étant complètement caché du grand public.

Pour vous restaurer, dirigez-vous vers le quartier de Finnieston, en totale déliquescence il y a dix ans. Là-bas, pour rejoindre notre ancien studio, il fallait plonger au fond d’une ruelle derrière les bureaux de pompes funèbres. C’est là que nous avons confectionné toutes nos premières sorties Soma. Désormais, une forte gentrification a transformé la zone, à la manière de Williamsburg à New York. Les restaurants et les bars les plus hype sont installés, et l’agitation nocturne y est bouillonnante. À proximité, le vaisseau spatial Hydro accueille des concerts à 10 000 personnes dans un décorum intergalactique, c’est ici que se tiennent les plus grands shows de la ville. Les meilleurs restaurants des environs : le poisson du Crabshakk, les petites assiettes du Table 11, et les steaks de Porter & Rye accompagnés d’une impressionnante collection de bourbon.

Tant que vous êtes à Finnieston, jetez un coup d’œil au SWG3. Voilà un nouvel exemple de la réutilisation des anciens espaces industriels de Glasgow. SWG3, ce sont deux entrepôts réaménagés dans une salle parfaite pour faire la bringue. Ce lieu a ouvert au moment où The Arches a fermé l’an dernier. Nous avons donné un bon coup de main à l’équipe pour transformer l’endroit, les conseillant sur le sound-system, les lumières… Le prochain événement : notre fête d’Halloween, où l’on partage la scène avec Marcel Fengler et Surgeon.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant