Genève : l’immense friche autogérée l’Usine va abriter un festival techno, le Sauce Festival

Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©D.R
Le 28.01.2019, à 15h53
02 MIN LI-
RE
©D.R
Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©D.R
La première édition du Sauce Festival à Genève a pris le pari de laisser une partie de sa programmation entre les mains du public, qui a élu en ligne les têtes d’affiche qui rythmeront les soirées du 29 et du 30 mars prochain, au sein de la friche autogérée L’Usine et de sa partie club “Le Zoo”, sa salle de concert du Rez, son bar de la Makhno et son cinéma du Spoutnik.


Le 29 mars prochain, une cérémonie musicale inédite prendra place à Genève. Durant deux jours, le festival participatif Sauce accueillera dans la friche autogérée L’Usine sa partie club “Le Zoo”, sa salle de concert du Rez, son bar de la Makhno et son cinéma du Spoutnik des artistes non pas choisis par les programmateurs, mais par le public lui-même, à l’issue d’une séance de votes qui s’est déroulée en décembre dernier. Trois collectifs emblématiques de la nouvelle scène électronique française, Metaphore Industrie, La Mamie’s x Camion Bazar, et deux crews qui font vivre la scène locale, Toucankhamon et Rudelbums, y ont proposé 4 listes de noms, parmi lesquelles le public a élu celui qu’il jugeait digne d’être le headliner des scènes principales.

C’est donc l’Allemand Bufiman aka Jan Schulte, choisi parmi la curation de La Mamie’s et de Camion Bazar, qui ouvrira le bal le vendredi 29 mars dans la salle Le Rez. Réputé pour l’amour inconditionnel qu’il voue aux percussions, ses productions, entre house tribale et breakbeat tropical, lui ont valu d’être repéré par le club Salon Des Amateurs à Düsseldorf, dont il est désormais résident. Du côté des Genevois Rudelbums, ce ne sont pas une, mais trois pointures techno Stanislav Tolkachev, VSK et Scalameriya qui feront office de tête d’affiche. Le premier, venu d’Ukraine, est l’auteur d’une techno instantanément reconnaissable, entre fréquences atonales psychédéliques et kicks feutrés. L’Italien VSK s’occupera quant à lui de décharger ses sonorités acides dans une ambiance ténébreuse, que compléteront les rythmiques saturées de Scalameriya.

Parmi les choix proposés par les Marseillais de Metaphore Industrie, c’est une autre figure de la techno – française cette fois-ci – qui a retenu l’attention des votants. Terence Fixmer, actif depuis 1999, officiera aux côtés du chanteur Douglas McCarthy, vétéran de l’EBM qui a bâti sa réputation avec son groupe Nitzer Ebb. La collaboration des deux compères, sobrement nommée Fixmer/McCarthy et dont la genèse remonte au début des années 2000, est considérée comme une référence de cette fusion Electronic Body Music et industrial. Ils sont un des coups de coeur de la programmation : « Recevoir le chanteur de Nitzer Ebb, c’est un peu comme une consécration », évoquent les organisateurs. Enfin, avec Sarah Farina, de la liste proposée par Toucankhamon, la journée du 30 mars verra aussi la bass music faire irruption au Sauce Festival.

Cette programmation ne se limite pas à de la musique pure. Entre les lives d’autres musiciens tels que Mokship, Cardinal & Nun ou de Popsinomova & Sleep Loan Sharks (l’un des autres coups de coeur de l’équipe du festival), les DJ sets de Shlagga ou du local Yazda, le Sauce Festival a invité d’autres performeurs, pour faire de cet événement une rencontre pluridisciplinaire. La poésie et la sorcellerie guideront les pas des deux danseuses Iokasti et Sylv Myst, tandis que la projection dans la salle du Spoutnik (la salle de cinéma de L’Usine) du film The Color of Pomegranates, rythmée par la musique de Varoujan Cheterian, donnera à la cérémonie genevoise une allure de ciné-concert.

Plus d’informations sur la page Facebook du Sauce Festival et celle de l’événement.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant