Le Burning Man attaque le gouvernement américain en justice

Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©Scott London
Le 31.12.2019, à 13h55
02 MIN LI-
RE
©Scott London
Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©Scott London
0 Partages
Le mythique festival américain Burning Man reproche au gouvernement fédéral l’augmentation exponentielle et injustifiée des taxes qui lui sont imposées. Après avoir payé pas loin de 21 millions de dollars aux pouvoirs publics depuis 2015, les organisateurs de l’événement ont décidé d’entamer des procédures juridiques.

Black Rock City LLC, l’entreprise organisatrice de Burning Man, porte plainte contre le gouvernement fédéral américain. Depuis quelques années, le fameux festival qui se tient depuis 1990 dans le désert du Nevada aux États-Unis a vu les taxes publiques qui lui sont imposées augmenter sensiblement, au point de menacer l’équilibre financier de l’événement. Depuis 2015, le festival a dû verser près de 21 millions de dollars de taxes au Bureau of Land Management, en charge de la gestion du cadastre. Une taxe en constante augmentation, censée couvrir les frais de sécurité engagés par les autorités pour assurer la sécurité d’un public dont le nombre reste pourtant stable (environ 70 000 festivaliers par an), et la préservation environnementale du site, alors que le festival est depuis longtemps partisan d’une fête propre basée sur l’idée du “leave no trace”.

Estimant ces augmentations exorbitantes et leurs justifications infondées, voilà quatre ans que les organisateurs de l’événement déposent des réclamations à cet égard, en vain. Le procès qu’ils intentent aujourd’hui au gouvernement fédéral a pour but de mettre fin à ces pressions économiques subies par le festival. Il porte au passage sur la place publique une problématique qui touche bon nombre de festivals indépendants, en France également, obligés de respecter de nouvelles normes de sécurité qui menacent un équilibre financier souvent fragile.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant