Fakear, We Love Green, Marsatac et The Shift Project programmés à la Paris Electronic Week 2021

Écrit par Jean Paul Deniaud
Photo de couverture : ©D.R.
Le 16.09.2021, à 15h21
02 MIN LI-
RE
©D.R.
Écrit par Jean Paul Deniaud
Photo de couverture : ©D.R.
Rendez-vous annuel des amateurs et professionnels des musiques électroniques en France depuis 2013, la Paris Electronic Week revient du 22 au 24 septembre, à La Gaîté Lyrique, Paris. Outre des thèmes d’inclusion, de mixité et de politique culturelle, renforcés cette année, l’événement offre une grande place à l’écologie dans la musique en ouvrant un pôle « musique et environnement », confié à la rédaction de Pioche!.

Cet article est réalisé en partenariat avec Pioche!. Lancé en octobre 2020, Pioche! est le nouveau magazine de l’écologie où retrouver, chaque jour, le meilleur de l’information pour se réinventer, s’impliquer, s’inspirer et s’évader, près de chez soi (et un peu plus loin).

Depuis sa première édition en 2013, la Paris Electronic Week se veut le reflet des interrogations du bouillonnant champ des musiques électroniques en France. Reconnaissance politique, sécurité du public, artistes français à l’export, croisent les ateliers de création, les démonstrations techniques, et les immanquables concerts et DJ sets, faisant de la « PEW » le rendez-vous de rentrée des pros et amateurs du genre.

En cet « an 2 » de crise sanitaire, les réflexions de la scène électronique, à l’image de celle de la culture, portent naturellement sur les enjeux de protection et de revenus des artistes, et de protocoles sanitaires. Plusieurs conférences, masterclass et ateliers interrogent ainsi « les politiques de relance culturelle innovantes », les droits et les statuts de l’auteur ou l’organisation d’événements avec pass sanitaire.

#MusicToo

Autre axe fort de cette édition, les dimensions d’inclusion et de diversité dans le public comme sur (et derrière) la scène. Sujets rarement abordés, on y évoque notamment la question du handicap et de l’accessibilité dans les musiques électroniques, ou encore des violences présente dans ce genre musical, en écho au mouvement #MusicToo. Un atelier visera à donner des clés de « professionnalisation pour femmes artistes », alors que le genre électronique se féminise enfin peu à peu.

Enfin, un volet entier est consacré à l’écologie et aux rapports entre crise climatique et musique. Ce pôle « vert », dont la programmation a été confiée à la rédaction de Pioche!, invite les musiciens Fakear, La Fraîcheur et Joakim à présenter les différentes manières de s’engager en tant qu’artiste ; et les festivals Marsatac, Dour, We Love Green et Trans Musicales à détailler leurs recherches et solutions pour mêler grandes jauges et éco-responsabilité.

Les rendez-vous Pioche!

Autres rendez-vous écologiques de la « PEW », une masterclass de Samuel Valensi, responsable culture de l’ONG The Shift Project, expliquera pourquoi « la culture en streaming est une fausse bonne idée » ; l’atelier dédié aux artistes « rejoindre le mouvement Music Declares Emergency France » ; « l’exode urbain de la culture » racontée par des organisateurs d’événements revenus dans leurs régions d’origine ; ou encore un atelier pour fabriquer des « événements upcyclés ».

L’accès aux conférences, ateliers et masterclass est gratuit et sans réservation, dans la limite des places disponibles. Des entretiens avec certains intervenants des panels « environnement » seront publiés ces prochains jours sur Pioche!. L’ensemble du programme est disponible sur le site de la Paris Electronic Week, celui du pôle « environnement », confié à la rédaction de Pioche!, est à retrouver dans cet article dédié.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant