Paris : une expo olfactive mêle œuvres parfumées et musique techno

Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©Maxwell Williams
Le 13.02.2020, à 10h46
02 MIN LI-
RE
©Maxwell Williams
Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©Maxwell Williams
0 Partages
Du 13 février au 8 mars 2020, la galerie Thorigny à Paris accueille l’artiste olfactif Maxwell Williams pour une exposition bien particulière. Attention aux yeux, aux oreilles et aux narines, car l’événement mêle parfums, photos, vidéos, techno, amour de la rave et du sexe anal.

Maxwell Williams, parfumeur indépendant et promoteur de soirées techno à Los Angeles, exposera son univers artistique transdisciplinaire à la galerie Thorigny dans le 3ème arrondissement de Paris du 13 février au 8 mars 2020. Intitulée Bab el-Mandeb, l’exposition prend racine dans le changement de vie radical de cet ancien journaliste pour Vogue, The New York Times ou encore The Wall Street Journal : « après un divorce difficile et un voyage initiatique en mer Rouge qui a donné son nom à l’exposition [Bab el-Mandeb désigne l’embouchure de la mer Rouge, ndlr.], j’ai décidé de faire moins de journalisme et plus de parfum », témoigne-t-il. « Quand je suis rentré à Los Angeles après ce voyage en bateau, j’ai commencé à organiser des rave parties parfumées, les soirées Scent Rave. À chaque DJ invité, je conçois un parfum spécialement pour lui qui est diffusé pendant son set et dont il.elle repart avec un flacon unique », raconte-t-il.

Dans le même registre, l’exposition à la galerie Thorigny mettra en avant différentes idées farfelues de l’artiste qui s’amuse à mêler ses différents centres d’intérêt, et notamment le parfum, la techno et le sexe : « J’ai réalisé une vidéo d’inspiration BDSM qui est accompagnée d’un track techno à 143 BPM et d’un parfum », explique-t-il en guise d’exemple. « Le parfum s’appelle Anal, et il sent le sexe anal. Un beau mélange de poppers, de lubrifiant, de merde, de foutre et de latex. On m’a dit que ça sentait un peu comme le Berghain… Il sera possible d’acheter le parfum avec une édition vinyle très limitée du morceau (20 copies) ». On pourra aussi retrouver des installations photo parfumées : « Pour les soirées Scent Rave, je crée des sculptures à partir de fleurs parfumées que je prends en photo pendant l’événement. Après la soirée, je fais sécher les fleurs pour en faire un pot-pourri que je glisse dans un cadre avec la photo de la sculpture. Un trou dans le cadre permet ensuite aux spectateurs de sentir l’odeur de la sculpture et de la rave passée ».

Drôle d’idée que d’associer techno et parfum ? Le principal intéressé l’explique pourtant assez simplement : « je suis DJ depuis longtemps, la techno est une part importante de ma vie. Mais il faut admettre que dans un club techno ça ne sent pas toujours très bon », admet-il en riant. « Ça a aussi à voir avec ma conception de la techno et du parfum qui se rejoignent. Selon moi, la techno a le pouvoir de modifier l’humeur des gens pour le meilleur, et le parfum a le même effet. Je me suis dit que si j’arrivais à lier les deux, la transformation serait encore plus bénéfique », raconte-t-il. 

Maxwell Williams exposera ses œuvres à la galerie Thorigny du 13 février au 8 mars 2020. Toutes les informations sont à retrouver sur la page Facebook de l’événement.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant