✭ Les Viatiques Winter Warehouse.

Il parait opportun de rapporter ici cette prémonition. Plus solennel qu'une messe latine, il s'avançait dans la rue, accablé par des pensées telluriques. Il se rappelait les agates et le délire géologique du musée zadkine. L'ivresse ne l'avait pas quitté depuis deux nuits et deux jours et le froid gelait les larmes qui roulaient sur ses joues. Il s'adressait aux feuilles et aux lumières de la ville et il leur criait : vous êtes dingues et je suis dingue, et la nuit coulait. Accroché à son brandy comme un alpiniste à sa corde il caressait le revers de son gilet doux comme le poil d'un chat. Il était un Indien en exil en quête d intemporalité. Il dormait sous les porches, visitait les métropoles leurs ponts leurs immeubles et leurs bretelles de rocade et se disait que non ce n'était pas la bonne manière de partager l'hospitalité de la mère planète. Cette vision le rendait malade et il buvait sans dormir pendant des jours et ce soir précis où l'hiver lui brûlait les cils il n'avait pas dormi depuis cinquante heures.
La poche de son jean s'était déchiré sur le grillage de terrain vague qu'il avait escaladé avant d'arriver rue Pierre Baour. Il se souvenait du tremblement de terre qui avait écrasé Kobe en quatre vingt quinze et il pensait que sans civilisation il n'y aurait pas de séisme. Il avait appris des catastrophes qu'elles n'étaient que les réactions de la Terre contre l'homme qui construit des capitales éclairées sur le chemin de ses aspirations cosmiques. L'indien pensa aux rangs de vignes contre le Ciron que l'homme comme les rayons d'une ruche vient butter à l'automne et il se dit que celui - là devait bien être le roi de cocagne.Mais la vie éclaire les ombres. Une barracuda le dépassa sur deux cent mètres avant de s'arrêter pour déposer deux cow girls devant la porte d'un hangar et leurs silhouettes le sortirent de son vague à l'âme un instant : il n'avait pas remarqué la rumeur pourtant lourde d'une musique rapide qui frappait semble t il de l'intérieur violemment la tôle de le l'entrepôt. Il s'engagea sur un chemin goudronné qui contournait le bâtiment et à mesure qu'il se rapprochait le vrombissement devenait énorme. Il manqua de se faire renverser par deux jeunes hommes vraisemblablement possèdés qui sortaient du hangar et criaient nous sommes des êtres de contemplation nous voulons voir les étoiles ! Ils denudèrent les fils d'alimentation des lampadaires de la rue, la pollution lumineuse s'éteignit et les étoiles brillèrent comme des talismans sur un ciel de cendres.
Il entra dans le hangar, commanda une fine qu'il bu d'un trait quand une femme qui portait des bas résille et une fleur de tabac à l'oreille l'accueillit : il est joli le chemin que vous avez pris pour arriver ici. Bienvenue aux Viatiques. L'Indien s'émut de la chaleur de la jeune louve sophistiquée. Deux oenuques lui tombèrent dans les bras quand il s'avança dans la foule, l'un deux banda ses muscles pour relever le second et l'entraîner dans une ronde autour de danseurs solitaires aux regards de chiens Brio. Leurs corps étaient expressif comme un visage. De guerre lasse, l'Indien abandonna ses pensées et commença lui aussi à danser. La musique n'était plus une rumeur, elle frappait rondement l'auditoire comme de la TNT dans un tunnel. Une table de bridge était disposé près du stack de droite et quelques franc tireurs y discuter de l'augmentation de la circulation aérienne en riant de sophismes modernes. La musique dévalait comme un torrent une pente abrupte et les battements était un écho fidèle du tic tac de l'univers. L'Indien du s'appuyer sur une canne anglaise en sentant des cornes pousser sur son dos, percer son manteau, et devenir des ailes. Il décolla et se rendit vers la scène. La féerie allait s'évanouir dans les premières lueurs mais pour l'heure l'Indien volait.

_____
🎵- Zendid, Roman Danilo, Loule and more TBA
✉ - Warehouse, Bordeaux Lac
🕒 - 23h - open end
☊ - F1, 25kw Combeuil Audio
🌱- Outdoor chillout

_____
$ - 10€/16€/20€
https://cutt.ly/wrqvXYh

Les Viatiques ■ Warehouse Trip w./ Zendid, Skrimz live

Samedi 08 février
de 23h00 à 09h30

Ajouter au calendrier
Acheter une place
Voir sur Facebook

✭ Les Viatiques Winter Warehouse.

Il parait opportun de rapporter ici cette prémonition. Plus solennel qu'une messe latine, il s'avançait dans la rue, accablé par des pensées telluriques. Il se rappelait les agates et le délire géologique du musée zadkine. L'ivresse ne l'avait pas quitté depuis deux nuits et deux jours et le froid gelait les larmes qui roulaient sur ses joues. Il s'adressait aux feuilles et aux lumières de la ville et il leur criait : vous êtes dingues et je suis dingue, et la nuit coulait. Accroché à son brandy comme un alpiniste à sa corde il caressait le revers de son gilet doux comme le poil d'un chat. Il était un Indien en exil en quête d intemporalité. Il dormait sous les porches, visitait les métropoles leurs ponts leurs immeubles et leurs bretelles de rocade et se disait que non ce n'était pas la bonne manière de partager l'hospitalité de la mère planète. Cette vision le rendait malade et il buvait sans dormir pendant des jours et ce soir précis où l'hiver lui brûlait les cils il n'avait pas dormi depuis cinquante heures.
La poche de son jean s'était déchiré sur le grillage de terrain vague qu'il avait escaladé avant d'arriver rue Pierre Baour. Il se souvenait du tremblement de terre qui avait écrasé Kobe en quatre vingt quinze et il pensait que sans civilisation il n'y aurait pas de séisme. Il avait appris des catastrophes qu'elles n'étaient que les réactions de la Terre contre l'homme qui construit des capitales éclairées sur le chemin de ses aspirations cosmiques. L'indien pensa aux rangs de vignes contre le Ciron que l'homme comme les rayons d'une ruche vient butter à l'automne et il se dit que celui - là devait bien être le roi de cocagne.Mais la vie éclaire les ombres. Une barracuda le dépassa sur deux cent mètres avant de s'arrêter pour déposer deux cow girls devant la porte d'un hangar et leurs silhouettes le sortirent de son vague à l'âme un instant : il n'avait pas remarqué la rumeur pourtant lourde d'une musique rapide qui frappait semble t il de l'intérieur violemment la tôle de le l'entrepôt. Il s'engagea sur un chemin goudronné qui contournait le bâtiment et à mesure qu'il se rapprochait le vrombissement devenait énorme. Il manqua de se faire renverser par deux jeunes hommes vraisemblablement possèdés qui sortaient du hangar et criaient nous sommes des êtres de contemplation nous voulons voir les étoiles ! Ils denudèrent les fils d'alimentation des lampadaires de la rue, la pollution lumineuse s'éteignit et les étoiles brillèrent comme des talismans sur un ciel de cendres.
Il entra dans le hangar, commanda une fine qu'il bu d'un trait quand une femme qui portait des bas résille et une fleur de tabac à l'oreille l'accueillit : il est joli le chemin que vous avez pris pour arriver ici. Bienvenue aux Viatiques. L'Indien s'émut de la chaleur de la jeune louve sophistiquée. Deux oenuques lui tombèrent dans les bras quand il s'avança dans la foule, l'un deux banda ses muscles pour relever le second et l'entraîner dans une ronde autour de danseurs solitaires aux regards de chiens Brio. Leurs corps étaient expressif comme un visage. De guerre lasse, l'Indien abandonna ses pensées et commença lui aussi à danser. La musique n'était plus une rumeur, elle frappait rondement l'auditoire comme de la TNT dans un tunnel. Une table de bridge était disposé près du stack de droite et quelques franc tireurs y discuter de l'augmentation de la circulation aérienne en riant de sophismes modernes. La musique dévalait comme un torrent une pente abrupte et les battements était un écho fidèle du tic tac de l'univers. L'Indien du s'appuyer sur une canne anglaise en sentant des cornes pousser sur son dos, percer son manteau, et devenir des ailes. Il décolla et se rendit vers la scène. La féerie allait s'évanouir dans les premières lueurs mais pour l'heure l'Indien volait.

_____
🎵- Zendid, Roman Danilo, Loule and more TBA
✉ - Warehouse, Bordeaux Lac
🕒 - 23h - open end
☊ - F1, 25kw Combeuil Audio
🌱- Outdoor chillout

_____
$ - 10€/16€/20€
https://cutt.ly/wrqvXYh

Programmation

La sélection trax

Club Trax : Antal & Alexander Nut

00H . La Belle Electrique Grenoble