Et si l’on soignait les acouphènes avec de la musique ?

Écrit par Paul Brinio
Photo de couverture : ©DR
Le 13.01.2017, à 12h37
02 MIN LI-
RE
©DR
Écrit par Paul Brinio
Photo de couverture : ©DR

Souvent décrit comme un “son fantôme”, l’acouphène est une condition audiologique et neurologique qui provoque la perception d’une fréquence dans l’oreille interne sans source extérieure. Très gênant, il est bien souvent associé à une perte auditive et une détérioration de la qualité de vie. 

L’appareil auditif © Naturopathie

Véritable plaie pour ceux qui en sont victimes, l’acouphène n’est pourtant pas reconnue comme une maladie, mais plutôt une condition physique qui se base sur les ressentis du patient. Il est donc normal que le diagnostic et les traitements puissent largement varier selon les individus et les pays. Vu qu’il n’existe aucun remède connu, les spécialistes n’arrivent aujourd’hui pas à se mettre d’accord sur la meilleure façon de traiter l’acouphène. Dans la plupart des cas, ces derniers essaient surtout de soigner les symptômes qui y sont liés, à savoir la dépression, l’anxiété, l’insomnie ou les problèmes de concentration.

Mais selon la revue spécialisée Neurology Now de ce mois-ci, la musicothérapie pourrait être une réponse. Le but premier parait simple : il s’agit de réentraîner le cerveau à accepter une nouvelle fréquence qui contient, entre autre, ce sifflement si gênant.

   À lire également
Protection auditive : 8 bouchons d’oreilles en fonction de votre budget

La neuro-musicothérapie, par exemple, utilise le séquençage de sons pour former le système auditif à s’adapter au son interne et diminuer la sensibilité à la fréquence de l’acouphène. La perception de l’acouphène étant de la même nature que celle de la musique, la neuro-musicothérapie “complète” les bruits parasites grâce à une acoustique externe. Ainsi, le traitement recompose la réponse auditive du patient à cette sonorité interne. Attention cependant, pour que la musicothérapie soit efficace, le traitement doit être spécifique à chaque patient, et la fréquence de l’acouphène doit être mesurée dans chacun des cas.

Selon le site Paste, ce nouveau traitement exigerait un suivi puisque les manifestations d’acouphènes varient avec le temps. De même, il n’est pas rare que les personnes atteintes de ce trouble affirment avoir du mal à discerner l’acouphène des sons nuisibles. Même s’il peut être compliqué pour les médecins de s’appuyer sur les déclarations des patients, espérons que les premiers essais de la neuro-musicothérapie donnent rapidement des résultats encourageants.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant