En une minute, Seth Troxler démonte les arguments qui ont fait fermer Fabric

Écrit par Paul Brinio
Le 06.01.2017, à 15h40
02 MIN LI-
RE
Écrit par Paul Brinio
Invité sur la chaîne BBC Two pour parler de la vie nocturne à Londres, l’indéboulonnable Seth Troxler a pris la défense du club Fabric, qui rouvre ce soir avec un line-up  composé de “friends & family”. L’artiste a exprimé son opinion sur la place de la drogue dans la musique électronique et la culture club. Clair, net, précis. 


On le connaît pour sa nonchalance et son extravagance, mais aussi pour son franc-parler. Seth Troxler s’est une fois de plus démarqué, mais cette fois dans un cadre plus formel, en exprimant son avis sur la place de la drogue dans les clubs et les apriori sur la musique électronique. Ce faisant, l’artiste en a profité pour prendre la défense de Fabric.

  À lire également :
Seth Troxler : “Les DJ’s se prennent trop au sérieux” 

Au cours d’une émission vendredi matin sur la chaîne britannique BBC Two, Seth Troxler était interrogé sur la réouverture de Fabric. Lorsque la journaliste lui demande si les drogues sont un problème lié au club, la réponse ne se fait pas attendre : “Je ne suis pas d’accord […] ce n’est pas un problème lié aux clubs, la drogue est partout dans la société. Donc l’idée que la dance music est à blâmer pour les drogues me semble complètement ridicule !” Seth Troxler enchaîne sur les raisons qui poussent les gens à sortir en club, à savoir célébrer la vie. Avant de comparer Fabric et Berghain, et la décision récente des autorités allemandes de considérer le club berlinois comme “haut lieu culturel”. On vous laisse savourer la suite dans cette courte vidéo. 

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant