Ellen Allien : “Dimitri Hegemann est le père techno qui m’a tout appris”

Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Marie Staggat
Le 29.11.2019, à 18h05
03 MIN LI-
RE
©Marie Staggat
Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©Marie Staggat
De son dernier vote jusqu’à sa dernière décision, Ellen Allien revenait en 2017 avec Trax sur ses dernières expériences… Épique.

Cet article est initialement paru en mai 2017 dans Trax n°202 disponible sur le store Trax.

Ton dernier vote ?

Pour les Verts. Toujours. En Allemagne, les Verts font vraiment une bonne politique. Merkel est bien, mais elle est aussi chrétienne-démocrate, et ce n’est jamais très bon. Je ne suis pas chrétienne, je ne crois pas en Dieu, et je pense que la religion est aujourd’hui un moyen pour faire de la politique. Je n’ai rien contre la religion en tant que telle, mais lorsqu’elle sert à faire de l’argent, ce n’est plus son sens de départ. Donc j’ai voté pour que les gens souffrent moins, et n’aient pas moins d’argent que nous. Il faut donner, partager, tous les jours. C’est ce qui fait de nous des humains, sinon nous allons dans le mur. La Terre est faite pour être partagée, tout ce qu’on a, nous devons le partager, qu’on ait de l’argent, de la musique, un label ou un magazine. Nous sommes nés pour partager. Et certains oublient ça.

Ton dernier livre ?

C’était un livre japonais, de Haruki Murakami. J’aime les auteurs japonais, c’est une écriture très lente. Au départ, ça semble très ennuyeux, et puis ça devient de plus en plus profond, et boum. J’ai lu nombre de ses livres, je suis une grande fan. C’est très beau, cette façon qu’on a d’entrer doucement tout dans l’esprit de l’écrivain, ou du personnage. J’aime aussi les biographies, notamment du rock’n’roll, ou de peintres, parce que je comprends que ma vie n’est finalement pas si dingue que ça ! Et qu’il est toujours important de faire et de créer ce que l’on veut.

Ta dernière idole ?

Ma plus grande idole est Björk, depuis toujours, puissance mille. Ses émotions reflètent si fort son caractère dans son chant, c’est incroyable. Dimitri Hegemann du Tresor aussi, mon père techno qui m’a tant appris, un visionnaire. Et Laurie Anderson, l’une des plus grandes artistes de spoken words. Et puis tant d’auteurs et de philosophes. J’ai étudié la philosophie à l’école, je devrais relire tout ça, c’est si important pour comprendre tout ce qui se passe en ce moment.

Ta dernière histoire d’amour ?

Ma plus grande histoire d’amour est avec ma sœur ! J’ai une très forte relation avec elle, la plus intense de ma vie. On a 6 ans d’écart, elle est plus vieille. Je me souviens que lorsqu’elle était ado, elle ne voulait pas que je la suive en soirée, pour ne pas effrayer les garçons ! Mais c’est fou, nous sommes comme jumelles, nous avons grandi dans la même chambre. Avec ma grand-mère aussi. Elle est décédée mais j’ai toujours l’impression qu’elle est ici avec moi, en moi. J’étais toujours avec elle, elle m’a beaucoup appris quand ma mère était au travail. Je lui ai même composé un morceau. Et puis j’ai aussi un copain depuis 6 ans, et ça marche parce qu’il est aussi dans la musique, booker et manager. Mais pas pour moi.

Ta dernière drogue ?

De la MDMA, au WMC à Miami, lors de la dernière fête, le lundi matin. Il était très très tard ! Quelqu’un me l’a mis dans la bouche et là je me suis rappelé que mon vol était dans très peu de temps. Mais je l’ai pris. Je fais pas mal de conneries dans les clubs ! Il ne faut pas tout le temps le faire, pas trop. Je n’aime pas être trop défoncée, et si c’est le cas je rentre chez moi, je me mets de la musique club, je fais mes petits trucs.

Ta dernière décision pour prendre soin de toi ?

Hier soir. Je voulais sortir parce que j’ai beaucoup joué la semaine dernière, et pas beaucoup dormi. Seth Troxler jouait au Watergate, j’avais trop envie d’aller l’écouter. Mais j’étais au lit, j’ai pensé que c’était plus sain si je me levais tôt, et puis nous avions cette interview !

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant