Un DJ allemand transforme sa prothèse bionique en synthé et crée des sons… par la pensée

Écrit par Emma Buoncristiani
Photo de couverture : ©YouTube
Le 25.02.2020, à 18h06
02 MIN LI-
RE
©YouTube
Écrit par Emma Buoncristiani
Photo de couverture : ©YouTube
0 Partages
L’année dernière, le DJ allemand Bertolt Meyer s’est lancé dans un défi fou : faire de la musique avec son esprit. Il a plus précisément trouvé un moyen de brancher sa prothèse bionique de bras directement sur son synthétiseur modulaire.

Bertolt Meyer crée de la musique par la pensée grâce à sa main bionique. Avec l’aide de la société berlinoise KOMA Electroniks, le DJ et producteur crée un petit circuit électronique, inspiré du Field Kit, qui lui permet d’amplifier les deux électrodes émises par son bras prothétique. Un support imprimé en 3D lui permet de fixer le prototype, baptisé “SynLimb”, sur sa prothèse. Doté de deux canaux d’amplification, il lui suffit de le relier à son synthétiseur avec un cable jack et de… penser, pour créer des sonorités. « Pour moi, c’est comme si je contrôlais les tonalités avec mes pensées », affirme-t-il dans une vidéo postée sur YouTube.

Né avec le bras gauche atrophié, ce passionné de musique électronique se rend vite compte que malgré les prothèses les plus évoluées, il lui est difficile d’utiliser cette main pour manipuler son synthétiseur. « Je me suis toujours demandé si il n’y avait pas un moyen de brancher un cable jack dans la prothèse en utilisant directement le signal des électrodes pour contrôler mon synthétiseur », explique Bertolt.

La nécessité de créer un amplificateur de signal électrique se pose lorsque Bertolt Meyer branche un appareil de mesure de voltage sur son ancienne main, inutilisée depuis plus de 20 ans. Il remarque que les électrodes présentes sur celle-ci ne produisent qu’un signal entre 0 et 1,5 volts, insuffisant pour contrôler un synthétiseur. De là, il comprend qu’il doit réaliser un appareil pour amplifier les signaux émis par sa main et se lance dans la bidouille de sa prothèse, qui fonctionne aujourd’hui comme un synthé modulaire. Le futur, c’est maintenant.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant