Deux importants collectifs techno parisiens entrent en guerre froide après un désaccord financier

Écrit par Erwan Lecoup
Le 18.10.2019, à 16h22
02 MIN LI-
RE
©Leviet
Écrit par Erwan Lecoup
0 Partages
Les collectifs de techno underground parisiens Vryche House et Fée Croquer se trouvent face à un désaccord financier, suite à au déroulement du festival Vryche Sur Yvette, datant du mois de juillet 2019. L’affaire est partie pour se traduire en justice, comme l’expliquent les communiqués des deux associations publiés sur Facebook.

Deux collectifs majeurs de la scène techno underground parisienne actuelle se trouvent en désaccord dû à un problème financier, suite au festival Vryche sur Yvette qui s’est déroulé du 6 au 7 juillet 2019. Le jeudi 17 octobre 2019, les associations Vryche House et Fée Croquer ont partagé chacun leur tour un communiqué de presse via leur page Facebook, pour mettre en lumière cette affaire qui remonte maintenant à 3 mois, et dont le dénouement sera rendu par la justice.

L’association Vryche House, organisatrice du festival, avait demandé les services d’associations et collectifs “amis” concernant le prêt de machines à carte bleue , après un souci administratif avec leur partenaire. C’est donc le collectif Fée Croquer qui accepte de leur prêter leurs machines. « Il n’a jamais été question d’argent à ce stade, juste d’un service rendu entre amis  », explique le communiqué de Vryche House.

Suite au festival qui a réuni près de 5 000 participants, l’intégralité de la somme récoltée via les TPE – soit près de 34 000 € – a été reversée sur les comptes bancaires des « associations “amies”  ». Ces dernières exigent de conserver 20 % des sommes encaissées, correspondant « au montant de la TVA  » (soit une valeur de 6 800 €), un argument jugé fallacieux par l’expert comptable de Vryche House. De ce fait, les 20 % sollicités reviendrait au « paiement d’une commission  » sur laquelle les collectifs se seraient mis d’accord, comme le soutient Fée Croquer dans son propre communiqué. Vryche House se retrouve alors pour la première fois contraint d’entamer une procédure judiciaire, tandis que Fée Croquer « conserve 100 % [des recettes TPE] comme “levier” de négociation ».

01
©Leviet

Fée Croquer affirme que la somme est toujours gelée « sous les conseils de [son] avocat  ». Elle appuie également sur le fait qu’il s’agissait d’un « échange de services dans le cadre professionnel, et non amical  », les deux associations n’ayant jamais collaboré auparavant.

Depuis, internet s’est emparé de l’affaire et de nombreux memes la détournant circulent. Le collectif demande « de laisser la justice faire son travail ».

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant