Detroit : top 8 des films qui mettent la Motor City à l’écran

Écrit par Emma Buoncristiani
Photo de couverture : ©D.R
Le 19.05.2020, à 18h49
04 MIN LI-
RE
©D.R
Écrit par Emma Buoncristiani
Photo de couverture : ©D.R
0 Partages
Berceau de la house et de la techno, la ville de Detroit a souvent été empruntée comme lieu de tournage pour de nombreux longs métrages américains. Avec cette sélection, Trax propose de plonger dans les quartiers de Detroit, à la traversée des époques et des luttes.

Detroit a plus d’une fois prêté son décor de ville industrielle au cinéma. Son atmosphère parfois post-apocalyptique a su trouver sa place dans des films dépeignant bien souvent le sur-capitalisme. Les usines Ford, basées à Dearborn, une banlieue de la ville, en restent d’ailleurs l’une des évidences physiques. Peuplée en grande partie par une communauté afro-américaine dès les années 1920, la principale ville du Michigan a également été un lieu de tensions raciales très importantes en cette période, laissant des séquelles inévitables. Top des films à voir pour se plonger dans la Motor City.

Detroit, Kathryn Bigelow (2017)

Detroit, 2017, Kathryn Bigelow

Ce film revient sur les émeutes raciales qui sont arrivées à Detroit en 1967. Cette année là, la ségrégation raciale et les ripostes contre la guerre du Viêt Nam font éclater une vraie guerre civile dans la ville la plus importante du Michigan, peuplée en partie d’afro-américains. On y retrouve un Detroit en guerre, avec des forces de l’ordre qui abusives, qui torturent psychologiquement les interpellés. De quoi se plonger dans l’histoire sinistre du Detroit de l’époque.

Batman v Superman : L’Aube de la justice, Zack Synder (2016)

Batman v Superman : L’Aube de la justice, 2016, Zack Synder

Premier film à réunir les deux héros Batman et Superman dans un affrontement, il était de ce fait très attendu des fans de DC Comics. Ben Affleck y interprète Batman (Bruce Wayne) et Henry Cavill, Superman (Clark Kent). Il a été tourné principalement dans les villes de Chicago et Detroit. On y retrouve notamment la gare centrale du Michigan, ainsi que le centre industriel de Russell. La ville de Detroit y est présentée comme un vestige du rêve américain et incarne Gotham, la ville noire de Batman, qui vient s’opposer à la clarté de Chicago dans le rôle de Metropolis.

Lost River, Ryan Gosling (2014)

Lost River, 2014, Ryan Gosling

Ce film, première réalisation de Ryan Gossling, est largement tourné dans la ville de Detroit, choisie pour son allure de ville fantôme ainsi que ses ruines. Il décrit la vie de Billy, mère célibataire de deux enfants entraînée peu à peu dans les bas-fonds d’un monde sombre et macabre, pendant que son fils aîné, découvre une route secrète menant à une cité engloutie.

Only Lovers Left Alive, Jim Jarmusch (2014)

Only Lovers Left Alive, 2014, Jim Jarmusch

Ce film indépendant dépeint l’histoire d’amour entre deux vampires. L’un vit à Detroit, l’autre à Tanger et ils se retrouvent vite réunit dans la ville du Michigan. Les deux êtres marginaux essaient de survivre dans un monde moderne qui ne leur correspond pas et qui s’effondre autour d’eux. La ville de Detroit est présentée ici en tant que révélatrice du capitalisme éminent de la société, aux antipodes des deux protagonistes.

Gran Torino, Clint Eastwood (2009)

Gran Torino, 2009, Clint Eastwood

Ce classique retrace l’histoire de Walt Kowalski (interprété par Clint Eastwood lui-même), un vétéran de la guerre de Corée, veuf au tempérament raciste. Après avoir surpris un de ses voisins d’origine asiatique en train d’essayer de voler sa Ford Gran Torino 1972, sous la pression d’un gang du quartier, il prend sa défense et va devenir un héros malgré lui. Le film est tourné dans la ville de Detroit, capitale de l’automobile où le constructeur Ford a basé son siège, plus précisément dans la banlieue de Dearborn. L’église catholique St. Ambrose à Grosse Pointe a également est également mise en vedette dans le film.

8 Mile, Curtis Hanson (2002)

8 Mile, 2002, Curtis Hanson

Inspiré de la vie du rappeur Eminem, cette fiction américaine prend entièrement Detroit et sa banlieue comme décors. Des rêves pleins la tête, le personnage incarné par le rappeur grandit entre la banlieue banche et la banlieue noire de la ville, le long de la ligne surnommé “8 Miles Road”. Lorsqu’il fait face lors d’un “clash” de rap, au chef d’une bande rivale, il se retrouve muet. Cette humiliation le pousse à se dépasser pour atteindre ses objectifs. Le film a été tournée en particulier dans le Downtown Louie’s Lounge, le Chin Tiki, le Penobscot Building, et bien d’autres encore.

RoboCop, Paul Verhoeven (1987)

RoboCop, 1987, Paul Verhoeven

Véritable référence dans la science fiction américaine, ce film critique la construction du Renaissance Center, un ensemble de gratte-ciels de la ville de Detroit. Dans un futur proche, une autre réalité s’est installée dans la ville, mettant en place une société corrompue et criminalisée. Dans cette dystopie, la police invente une nouvelle arme infaillible mi-homme, mi-robot appelé RoboCop. Ils utilisent pour cela un ancien policier décédé, et le ramènent en quelque sorte à la vie par le biais de ce cyborg.

Blue Collar, Paul Schrader (1978)

Blue Collar, 1978, Paul Shrader

Dans ce drame américain, trois ouvrier qui travaillent dans l’usine de voiture Checker à Detroit décident de braquer la caisse du syndicat de l’entreprise, pour pouvoir subvenir aux besoins de leurs familles. Ils mettent alors la main sur des documents compromettants. Ce film retranscrit avec brio une époque qu’a vécu la ville de Detroit dans les années 50, pendant laquelle le travail dans les usines attira une grande population afro-américaine, faisant d’elle la première ville noire des États-Unis. Blue Collar a en partie été filmé dans la ville de Detroit donc, et particulièrement dans le complexe Ford River Rouge.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant