Des nouvelles du débat sur la législation de l’ecstasy

Écrit par Trax Magazine
Le 04.08.2015, à 16h53
02 MIN LI-
RE
Écrit par Trax Magazine
L’ecstasy n’est pas toujours votre fidèle pote de festival et elle a déjà pas mal de morts au compteur, ce n’est pas un secret — 60 Minutes version Australie s’est penché sur le sujet avec un reportage sur les nouvelles méthodes de législation des drogues de fête en Autriche et aux Pays-Bas.
La reporter Tara Brown fournit ce documentaire assez complet sur la prévention des risques dans les milieux festifs. Elle se base sur l’histoire d’une énième victime de l’ecstasy ; âgée de 19 ans, elle a acheté des taz en festival et les a tous avalés d’un coup lorsqu’elle a entendu une sirène de police, prise de panique.

À lire également : Pourquoi l’ecstasy est-il si fort en ce moment ?

En Autriche, les clubbers ont la possibilité de donner leur pilules à des scientifiques qui testent leur composition. Ils sont situés à l’entrée des boîtes et financés par le service de santé de la ville. Trente minutes plus tard, un papier de couleur est affiché pour indiquer le taux de dangerosité du produit, ce qui inciterait les producteurs d’ecstasy à utiliser moins de substances nocives.

Aux Pays-Bas, la législation est beaucoup plus souple qu’ailleurs ; les drogues sont toutes dépénalisées et la politique adoptée consiste à prévenir plus qu’interdire, preuve en est, le shop d’ecstasy placebo à Amsterdam. En conséquence, les Néerlandais qui prévoient d’acheter des stupéfiants vont plus facilement les faire tester, et font plus attention à ce qu’ils prennent, qu’ailleurs dans le monde.

Une question persiste néanmoins : à quand des labos de test dans les festivals français ?

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant