Des malades en soins intensifs déclarent être moins stressés après avoir écouté de l’ambient

Écrit par Tschani Boulens
Le 31.07.2019, à 12h22
02 MIN LI-
RE
©Nuffield Health
Écrit par Tschani Boulens
Selon une étude de l’écrivain et psychologue Charles Fernyhough, la musique ambient serait un moyen des plus efficaces pour diminuer la douleur, l’anxiété et le stress chez les personnes en soins intensifs. Après avoir joué pour des patients de l’hôpital de l’University College de Londres, le chercheur aurait permis à la plupart de se détendre.

Depuis les prémices de l’humanité, la musique est associée aux divinités, aux rituels et à la transcendance. Plusieurs études sur les percussions, les plus vieux instruments de l’histoire humaine, montrent également qu’elle pourrait diminuer la pression artérielle, la douleur, et même modifier nos états de conscience. En se basant sur diverses études portant sur les effets de la musique dans le domaine médical, l‘écrivain et psychologue Charles Fernyhough (Université de Durham),  a tenté de montrer que l’ambient, ce style de musique électronique totalement dépourvu de percussions, pourrait aider, et ce bien plus que n’importe quel autre traitement, à diminuer le stress et la douleur des personnes internées dans les unités de soins intensifs. Pour ce faire, il a réalisé une expérience simple.

Partant du constat que certains patients internés à l’hôpital de l’University College de Londres souffrent d’une forme de stress post-traumatique, Charles Fernyhough et un autre musicien ont joué de la musique ambient pour plusieurs d’entre eux. Ces derniers ont eu le choix d’écouter ou non la musique, tandis que des assistants observaient leurs réactions. Après le concert, les patients ont répondu à un questionnaire et les conclusions ont été univoques : une baisse du stress et un apaisement pour la majorité d’entre eux. La musique a même été qualifiée de « putain de trip » par l’un des auditeurs.

Sujet à l’angoisse, au stress et à l’anxiété, un journaliste de Noisey a expliqué dans un article que cette musique avait changé sa vie, lui permettant de se relaxer et d’apaiser ses peurs. S’étant énormément documenté sur le sujet, notamment par le biais du livre de Luke Jaaniste Approaching the Ambient: Creative Practice and the Ambient Mode of Being, ce dernier a testé de nombreux albums, et notamment le classique Selected Ambient Works d’Aphex Twin. Cependant son grand remède a été l’album fondateur du genre, Music For Airport de Brian Eno. Une oeuvre qui, explique-t-il, lui a permis d’améliorer son quotidien et ses relations aux autres.

Pour Charles Fernyhough, le dilemme de l’ambient reste le fait que « pour une personne, cette musique peut être écoutée facilement, mais être un poison auditif pour une autre ». Pour la grande majorité des personnes souffrant d’anxiété et de traumatismes, conclut-il néanmoins, elle serait plus efficace que la plupart des traitements médicamenteux.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant