Découvrez Bauchamp, le Suisse déglingué qui fait poser Azealia Banks sur de la house

Écrit par Sylvain Di Cristo
Le 31.05.2016, à 12h18
03 MIN LI-
RE
©Bauchamp / Gabriel Asper
Écrit par Sylvain Di Cristo
Argent Sale, le label le plus déglingué des bords du Rhône sort le dernier maxi de sa série La Collection, et c’est signé Bauchamp. Téléchargement gratuit sur Trax, et première rencontre avec l’intéressé.

Le label Argent Sale, désormais Franco-suisse depuis l’ouverture d’un bureau lyonnais, n’est pas vraiment inconnu dans ces pages. Le boss Schnautzi et l’un de ses poulains Lemonick étaient invités par Trax pour l’inauguration de LaPlage du Glazart en 2014, un Lemonick qui a eu droit à son portrait dans le numéro de mai et nous a gratifié d’un podcast à écouter en ligne. Après ce remix de King Doudou (aka Douster), toujours signé sur Argent Sale, le gang le plus déglingué du lac Léman sort de son chapeau l’un de ses autres disciples, Bauchamp.

Signataire de l’avant-dernière release de la série de cinq EPs intitulée La Collection, Leo Ramsey (de son vrai nom) dévoile quatre nouveaux tracks aussi personnels que dans l’esprit d’Argent Sale : groove house et délires disjonctés, de l’originalité, du disco, des samples… La preuve ? Ce titre en téléchargement pour Trax de l’un des meilleurs tracks de l’EP, “413”, douce ballade deep house qui sublime la voix samplée de la chanteuse R&B Azealia Banks.

Pour télécharger le track “413” de Bauchamp, il vous suffit d’envoyer un gentil mail à cette adresse : 212plus201egal413@argentsale.biz

Interview : Bauchamp

1/ Peut-on revenir sur l’histoire de ce nom ?

Il avait l’idée de champagne derrière, mais aussi celles de nature et de galaxies lointaines…

2/ Qui se cache derrière ?

Leo Ramsey.

3/ Qui d’autre gravite dans ta team ?

Le label Argent Sale (Genève/Lyon) et les connexions Lausanne/Berne.

4/ Ton parcours en quelques mots-clés ?

From disco to disco.

5/ Au lycée t’étais plutôt quel genre ? Et côté musique ?

Punk et punk.

Bauchamp

6/ Si tu devais définir ton son aujourd’hui…

In progress.

7/ Parle-moi un peu de cet EP/album…

Le track “413” est un bootleg en téléchargement gratuit car il est construit sur l’acappella d’une chanteuse renomée (avec qui j’espère ne pas avoir de démêlé…). Son atmosphère appelle à l’insouciance, en équilibre entre deux univers, comme si tu te trouvais près de la main stage RnB d’un festival et que le son obscur de la petite tente d’à côté collait parfaitement.

Le morceau “Global Cities” propose un voyage express dans ces villes-monde, centres névralgiques de flux économiques, culturels et stratégiques mondiaux : Londres, New York, Paris, Hong Kong, Singapour, Shanghai, Tokyo… Un rythme haletant et percussif y rejoue l’activité quotidienne effrénée de leurs habitants.

Le track “Rose Tree” est un hommage à une bande de peintres afro-américains qui sévissait au début des années 1960 en Floride, époque à laquelle la ségrégation était encore très présente. On appelle ces peintres les Highwaymen car ils vendaient leurs peintures de paysage le long de l’autoroute, directement depuis le coffre de leur voiture. J’ai bricolé un clip pour essayer de rendre ce background.

“Tight”, le dernier morceau de l’EP, est très simple et sans fioriture. Juste une petite voix qui te susurre des mots doux et sensuels pendant que tu profites de nappes moelleuses…

8/ C’est quoi ton set-up sur scène ?

Synthé, ordi et boîte à rythme.

9/ T’as prévu quoi pour ta prochaine date ? C’est quand d’ailleurs ?

6 juillet, au Montreux Jazz Festival.

10/ Si je regarde un peu tes playlists du moment, j’y trouve quoi ?

Skepta, Beyonce, Le Knight Club.

11/ Il y a quoi à l’horizon pour toi ?

Une collaboration avec la chanteuse du track “413” ?

12/ Un dernier mot ?

Bauchamp : for the rudies and the dandys.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant