L’auteur du premier hit électronique Gershon Kingsley vient de mourir, à 97 ans

Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©Milken Family Foundation
Le 16.12.2019, à 18h50
02 MIN LI-
RE
©Milken Family Foundation
Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©Milken Family Foundation
0 Partages
Gershon Kingsley, grand homme de musique et pionnier de l’utilisation du légendaire synthétiseur Moog, est décédé le 10 décembre dernier à l’âge de 97 ans dans sa maison de Manhattan. Il laisse derrière lui une œuvre dont l’audace a su en son temps repousser les limites de la musique.

Âgé de 97 ans, le musicien et compositeur Gershon Kingsley est mort le 10 décembre dernier à Manhattan où il résidait. Son nom n’est pas forcément connu du grand public, mais son morceau “Popcorn”, premier succès populaire de musique électronique en 1969, a marqué plusieurs générations. Devenu un hit grâce à sa version de 1972 par le groupe Hot Butter, le titre fait le tour du monde, atteint le sommet des hit-parades dans de nombreux pays et sera même numéro 1 des ventes en France et en Suisse. Il irradie dans la pop culture grâce aux machines à popcorn qui l’utilisent bientôt comme bande-son, dans le jeu vidéo Digger (1983), emblématique des premiers ordinateurs commercialisés. Plus de 500 reprises en tout auront été faites entre autres par Jean-Michel Jarre, Aphex Twin, ou encore Crazy Frog.

Américain d’origine allemande, Gershon Kingsley a accompagné le développement des synthétiseurs Moog durant toute sa vie. Il découvre les sonorités synthétiques grâce au Français Jean-Jacques Perrey, adepte de l’ondioline, un instrument précurseur des synthétiseurs. Suite à sa découverte des premiers synthétiseurs Moog, et sa rencontre avec leur inventeur, Robert Moog, il dédie une grande partie de son œuvre à cet instrument. Il produit deux albums avec Jean-Jacques Perrey en 1966 et 1967, composant des morceaux originaux ou rejouant des titres connus aux synthétiseurs, une version virtuose de “Mas que nada”, par exemple. En 1969 sort l’album Music To Moog By, sur lequel figure le morceau “Popcorn” aux côtés de reprises de Beethoven ou des Beatles. Futuriste, il va plus loin encore en 1970 en créant le premier Moog Quartet, sortant ces énormes synthétiseurs des studios pour les porter pour la première fois à la scène, avec en plus quatre musiciens acoustiques, du chant, de la danse et des projections. Une de ses dernières œuvres, datée de 2006, atteste encore de la dimension mystique qu’il percevait dans son instrument : God Is A Moog. En 2007, il recevait un prix de la fondation Moog pour l’ensemble de sa carrière. Rest in peace.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant