De KidSuper à Louis Vuitton, qui est le créateur Colm Dillane ?

Écrit par Lolita Mang
Le 23.01.2023, à 12h17
05 MIN LI-
RE
Écrit par Lolita Mang

Il est porté par Young Thug, Lil Uzi Vert, 21 Savage et J Balvin. Colm Dillane est le fondateur du label KidSuper, lauréat du prix Karl Lagerfeld en 2021, et star de la Fashion Week parisienne de janvier 2023. En effet, il vient de devenir le premier créateur à collaborer avec Louis Vuitton après la disparition de Virgil Abloh. Faut-il voir en lui l’héritier du créateur disparu ? 

South Williamsburg, Brooklyn. Les rues ne sont pas très fréquentées. Pas de touristes, ni de commerces, seulement le bruit du métro aérien rythmant la vie du quartier. Là, entre deux immeubles aux teints grisâtres, s’élève un bâtiment couleur turquoise. Impossible à manquer. On ne peut que s’arrêter face aux immenses lettres rouges : « Kid Super ». Ce lieu, perdu au milieu de nul part, est le repère créatif de Colm Dillane, fondateur du label KidSuper, sur toutes les lèvres en 2023. Pourtant, les premières pièces de Dillane ont plus de 10 ans. Leur récente notoriété doivent beaucoup à la pluridisciplinarité de leur créateur. 

New York Kid

Après avoir longtemps voyagé, du Mexique au Wisconsin, c’est à New York que les parents de Com Dillane posent leurs valises, avec leur fils âgé de 13 ans. Jeanne Quinn Fernandez est d’origine espagnole, tandis que Peter Dillane vient d’Irlande. L’information a son importance : elle fait de leur progéniture un enfant obsédé par l’idée de réussir dans une ville qui n’est pas la sienne, mais qui est vouée à le devenir. New York City est alors, en plein milieu des années 2000, le grand terrain de jeux de jeunes labels de streetwear tels que Mishka, Supreme ou encore 10 Deep.

L’ère est aux logos, à la marque, et surtout aux kids aussi ambitieux que créatifs. Ça tombe bien, le jeune Colm Dillane, 16 ans, est l’un d’eux. Avec une bande de potes, il fonde un premier label, Brick Oven T-Shirts (BOTS), dont il fait la promotion à la cafétéria de son lycée de Brooklyn (la Brooklyn Technical High School, spécialisée dans les programmes scientifiques). Chaque jour, 5 000 adolescents fourmillent dans son enceinte – un vivier précieux pour les premières expérimentations de l’apprenti créateur, dont l’aspect juvénile en surprend plus d’un. L’un des membres du corps enseignant le confond même, un jour, avec un enfant de 8 ans. L’anecdote inspire le nom de sa marque, alors qu’il se lance en solo : KidSuper. 

Le premier défilé auquel j’ai assisté ? Le mien, à Paris.

Colm Dillane, fondateur de KidSuper

Une vision sans frontière

Dès ses premières créations, Colm Dillane exprime la volonté de lier la mode et les arts visuels de manière intime. Ses tee-shirts, imaginés comme des tableaux vivants, en sont la preuve. À ce jour, peu de designers ont encore traversé la frontière entre l’art et la mode à ce point, à l’instar d’Elsa Schiaparelli avec Salvador Dalí, ou bien Raf Simons, dont on ne compte plus le nombre de collaborations avec des artistes comme le peintre et sculpteur américain Sterling Ruby. Et comme Raf Simons, qui était étudiant en design industriel, Dillane ne vient pas de la mode. KidSuper, avant d’être un label de mode, est surtout un projet créatif pluridisciplinaire. En témoigne le repère de l’artiste basé à Brooklyn, où un studio d’enregistrement est rapidement installé au sous-sol. Les musiciens sont d’ailleurs parmi les premiers à revêtir des pièces imaginées par Dillane, de J. Balvin à Mac Miller. Lolo Zouaï, Blu DeTiger et Action Bronson ont même foulé le podium pour lui lors de son tout premier défilé à Paris, en 2019.

On pourrait croire que la chance a toujours souri au créateur de KidSuper. Force est de constater qu’en réalité, l’Américain a surtout su tourner les évènements en sa faveur. Lors de sa troisième année à l’université de New York, il recouvre les murs de sa chambre de peinture au spray et ouvre un véritable magasin dans les dortoirs, ce qui lui vaut une exclusion sans ménagement. Peu importe, c’est ainsi qu’il déniche un local dans le quartier de South Williamsburg avec sa copine de l’époque, où il pourra vivre et créer à sa guise. Les clefs de son succès se cachent sans doute dans son tempérament et sa capacité à toujours saisir les opportunités qui s’offrent à lui.

Aux portes de la gloire

Sur la seconde moitié des années 2010, KidSuper croît de manière exponentielle. De Converse à Nike, en passant par Puma, les marques se bousculent pour collaborer avec le jeune créateur en vogue. Mais c’est en 2019 que Colm Dillane est adoubé par le monde de la mode (là où les mondes de l’art et de la musique l’avaient déjà adopté depuis plusieurs années) lorsque KidSuper fait son entrée dans le calendrier de la Fashion week parisienne, au cours de laquelle il présente une collection colorée, aux références hispaniques. 

La popularité de KidSuper, déjà bien installée, connaît un nouveau souffle en 2021, alors que le jury du prix LVMH lui consacre son prix spécial (aujourd’hui prix Karl Lagerfeld), aux côtés du créateur Sud-Africain Lukhanyo Mdingi et de la créatrice chinoise Rui Zhou. Une récompense non-négligeable, d’abord pour sa dotation (150 000 euros), mais surtout pour le mentorat d’un an associé, au sein du groupe LVMH. Comme la confirmation du vent de fraîcheur apporté par Colm Dillane dans un monde qui en avait alors bien besoin, un an après la crise liée à la pandémie. 

En 2023, Colm Dillane surprend à nouveau, en assurant la co-création de la collection Automne-hiver 2023 de Louis Vuitton homme, aux côtés du styliste Ib Kamara, collaborateur de longue date de Virgil Abloh. En résulte une collection à l’image du créateur new-yorkais, faite de costumes fluides, de couleurs éclatantes et d’illustrations graphiques, le tout dans un décor teinté de nostalgie (une chambre d’enfant) imaginé par les frères Gondry et sublimé par un concert exclusif de Rosalía.

Mais ce n’est pas tout : pour présenter la collection de sa propre marque, le samedi 21 janvier, Dillane investit le Casino de Paris pour initier un “Fashion Comedy Club”, où les vêtements n’ont pas été portés par des mannequins, mais par des humoristes, de l’Américain Jeff Ross au Français Fary, le tout animé par la mannequin, animatrice et productrice Tyra Banks, vraie star du show, qui n’avait plus fait d’apparition sur un défilé depuis les années 90. L’occasion d’égratigner le milieu de la mode avec des blagues acerbes où personne, de Balenciaga à Alexander Wang, n’a été épargné. Un pied de nez élégant au cœur d’une soirée chaotique – victime de son succès, le défilé a vu une émeute se former rue de Clichy, causant un retard de plus d’une heure.

Tout comme Virgil Abloh, Colm Dillane n’a pas suivi de formation pour devenir créateur de mode. Il s’est construit en autodidacte, avec un flair sans égal pour dénicher la bonne opportunité, et une passion sincère pour la création artistique, sous toutes ses formes. En moins d’une semaine, il a apporté un vent de fraîcheur à une industrie qui ne demandait que ça. En témoignent les rires qui ont retenti au Casino de Paris samedi soir – et dont l’écho ne cesse de résonner.

Tyra Banks © KidSuper Automne-Hiver 2023
J Balvin © KidSuper Automne-Hiver 2023
Fary © KidSuper Automne-Hiver 2023
Tyra Banks © KidSuper Automne-Hiver 2023

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant