Dans le Vaucluse, 24h de marathon techno, psytrance, dub, hardcore et bass music entre les montagnes

Écrit par Léna Baux
Le 04.03.2019, à 10h50
02 MIN LI-
RE
©D.R
Écrit par Léna Baux
Du 10 au 11 août prochain, l’Insane Festival posera ses 4 scènes dans le sud de la France pour 24h de pure folie. Pour sa 5ème édition, c’est de nouveau à Apt que le festival s’installe avec, comme toujours, un line-up réjouissant.

L’Insane Festival revient cet été du 10 au 11 août résonner au cœur des monts du Vaucluse avec une cinquième édition placée sous le signe de la mythologie nommée “The Story of Cerberus”. Pendant deux jours, le festival installera 4 scènes à Apt, dans le Luberon, où pas moins de 20 000 “insaners” sont attendus.

Au Insane Festival, tout le monde y trouve son compte. Les artistes locaux et internationaux qui viennent s’y produire couvrent un large éventail des musiques électroniques, allant de la techno à la hard music, en passant par la trance ou même pour la première fois cette année, la dub. Les organisateurs eux-mêmes s’accordent à le dire: « Insane Festival c’est un des rares festivals français qui développe la quasi totalité des genres de la musique électronique à travers ses stages. De la techno au hardcore en passant par la trance, Insane se veut pluridisciplinaire. »

La “Guardian of Mystery Stage” voguera de l’électro à la techno avec les lourdes basses de la techno de Sam Paganini. À leurs côtés se produiront également le duo acid italien Boston 168, le patron de la micro house Ricardo Villalobos ou encore l’un des résidents phare du Berghain : Marcel Dettmann.

La “Guardian of Dreams Stage” explorera pour la première fois les sonorités reggae dub avec un plateau composé notamment du groupe anglais Asian Dub Foundation, le soundsystem français Brainless ou encore le jeune Montpelliérain Bisou. Côté trance, les incontournables Hilight Tribe, Mandragora (en versus avec 4i20) et Vini Vici, rarement représentés en France, seront présents. Avec eux, la scène israélienne sera très largement représentée avec d’une part les fréquences progressives de Omiki et Upgrade et de l’autre, la psytrance sombre et tirant vers la high-tech de Technical Hitch.

Pour les amateurs de beats plus agressifs la “Guardian of Madness Stage” sera le sanctuaire de la hard music. Les plus grands du milieu free tels que Spiral Tribe et Heretik System seront réunis pour l’occasion avec SP23 et Crystal Distortion chez les Spiral et Nout ou encore Noise Builder des Heretik. Côté hard beat, la scène offrira de grands versus : eDub vs The Satan vs Detest ou encore Deterrent man vs FMC vs The Punisher. Le Wanski, mélange de hardtek et de tribe, sera également de la partie pour sa première venue en France, tandis que Sefa délivrera ses fréquences hardcore les plus sombres. Sevenum Six et Ling Ling représenteront quand à eux la scène acidcore.

Cette édition signera également le grand retour de la scène bass music. Le festival accueillera en effet la dubstep de L.U.X. et la drum’n’bass russe d’Enei ainsi que celle du britannique Turno.

Toutes les informations sont à retrouver sur la page Facebook de l’événement.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant