Corse : Une ancienne prison va se transformer en warehouse techno pour 3 jours de festival

Écrit par Julie Radix
Le 04.07.2019, à 11h58
02 MIN LI-
RE
©D.R
Écrit par Julie Radix
Pour sa première édition, le festival ERA : ORA investira du 2 au 4 août un ancien pénitencier chargé d’histoire situé à Coti-Chiavari, au bord du golfe d’Ajaccio. Un cadre intimiste, qui accueillera une flopée de talents insulaires et de figures incontournables des scènes house, techno et minimale.

L’underground corse est en pleine expansion, et il aura l’occasion de le prouver lors du festival ERA : ORA. Du 2 au 4 août prochains, l’évènement se tiendra pour la première fois sur le site d’un ancien pénitencier chargé d’histoire de la ville de Coti-Chiavari, près d’Ajaccio. 

Un lieu atypique offrant une vue imprenable sur le golfe de la capitale de l’Île de Beauté, dont seulement 500 festivaliers auront la chance de profiter. « Nous accordons énormément d’importance au confort des festivaliers ainsi qu’à la puissance et la qualité de nos sound-systems », justifie le programmateur Pascal Ordioni. C’est donc dans cette ambiance intimiste que les festivaliers pourront profiter d’une scène extérieure ensoleillée la journée avant de retrouver l’atmosphère nocturne des raves dans le warehouse. 

Ce cadre original sera l’occasion de mettre à l’honneur la scène underground locale. « Notre principale volonté était de proposer un line-up 50% local, en faisant en sorte que chacun ait le temps de s’exprimer », explique Pascal Ordioni. Le duo Solär Sound System ouvrira donc le bal avec son live hardware aux sonorités robotiques. Le soir, Franck Hat plongera le pénitencier dans une ambiance brumeuse avec sa techno mélodique et envoûtante tandis que le digger corse Ionescu jouera un set tech house groovy en b2b avec Groenogen. Exilé à Paris, Funkastle reviendra enfin sur la terre de ses ancêtres pour clore l’évènement avec sa minimale ensoleillée.  

Mais si les talents insulaires ont la part belle dans cette programmation, d’autres venus d’ailleurs enflammeront également le dancefloor. Les festivaliers pourront en effet profiter de la bonne vieille techno acide de JKS ou du tout nouveau live futuriste du Berlinois TC80. L’évènement accueillera également d’autres figures de la scène électronique, comme le Parisien Djebali et sa house percutante, l’incontournable Traumer et sa micro house aux influences tribales, ou encore le label 100% féminin RA+REEntre mer et montagne, cette première édition du festival promet donc de beaux moments.

Les informations et la billetterie sont à retrouver sur le site Internet du festival et sur la page Facebook de l’évènement. 

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant