Comment We Love Green parvient à concurrencer les plus grands festivals de musique électronique

Écrit par Bartolomé Laisi
Le 30.04.2019, à 17h07
02 MIN LI-
RE
©Maxime Chermat
Écrit par Bartolomé Laisi
Le festival We Love Green revient les 1er et 2 juin prochains au Bois de Vincennes à Paris. L’occasion de (re)découvrir les pointures des musiques électroniques dans l’un des écrins les plus verts de la capitale.

Les 1er et 2 juin prochains se déroulera au Bois de Vincennes, à Paris, la 9ème édition de We Love Green. Engagé dans la cause environnementale, le festival présente également une programmation électronique des plus éclectiques et pointues. Répartis sur plusieurs scènes deux jours durant, les artistes vont se succéder dans des ambiances différentes, entre open-air ensoleillé et chapiteau à l’ambiance clubbing.
 
« Depuis ses débuts, la musique électronique fait partie intégrante du festival », rapporte Clément Meyère, programmateur du We Love Green, « et a pris de l’ampleur au fur et à mesure de l’agrandissement du festival, parce que le public était de plus en plus réceptif à ce genre de musique ». Tellement d’ampleur, qu’aujourd’hui ce sont des artistes comme Ricardo Villalobos ou Laurent Garnier qui viennent s’y produire. Les deux DJ’s viendront jouer en fin de journée sur la scène couverte Lalaland, le samedi 1er, notamment en compagnie de Peggy Gou et de sa house groovy. « L’idée est de créer un plateau friendly, avec des artistes qui se connaissent, s’apprécient et se relaient les deux jours du festival, de 13h à 1h ». À la manière d’un club, la scène Lalaland proposera aux festivaliers du son sans interruption pendant les deux journées du festival.  
 
Une scène triangulaire, avec une jolie scénographie au coin d’une clairière, et du bon son : quoi de mieux pour apprécier sa fin de journée ? Le Think Tank, proposant conférences et débats dans l’après-midi, se transformera quant à lui en dancefloor géant durant la soirée, cette fois-ci la tête sous les étoiles. S’y relaieront au cours du week-end, le DJ britannique entre house et downtempo Leon Vynehall ou encore le Lyonnais Folamour, et ses sonorités house endiablées, pour le dimanche. Cette dernière journée présentera dans son ensemble, un programme particulièrement fourni avec les têtes d’affiche Mr. Oizo et Bonobo, le célèbre DJ anglais de downtempo, mais aussi le phénomène techno de l’année Lena Willikens, ainsi que le producteur australien de house lo-fi Mall Grab.

Une partie du line-up électronique, située entre pop et musique expérimentale, pourra également s’apprécier au format live. On y retrouvera notamment l’acclamé producteur de soul noisy Yves Tumor et son liveband, ou encore le français SebastiAn, du label Ed Banger, dont le nouvel album est prévu pour la rentrée, et qui proposera pour l’occasion un live totalement inédit.

   À lire également
À voir : Gaspar Noé réalise un clip ultra-violent pour “Thirst”, le nouveau single de SebastiAn

Parmi les autres grands noms de ce volet électronique figureront également Flavien Berger, le combo de dance music novateur Nu GuineaMarie Davidson, membre du duo techno montréalais Essaie Pas, Miley Serious, patronne du label 99cts records, la DJ marocaine ڭليثرGlitter٥٥, ou encore la tête pensante de Boukan Records, Bamao Yendé.
 
Toutes les informations concernant la programmation sont à retrouver sur le site du festival et la page Facebook de l’événement.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant