En 1997, la cellule urbanisme de la ville de Bruxelles propose un projet pilote urbain (PPU) à l’Union européenne. Ce projet fut approuvé, et financé dans ce cadre jusqu’en 2001. La mission première de l’assoication , fraîchement créé, était d’insuffler un second souffle aux bâtiments abandonnés de la station Bruxelles-Chapelle et, par la même occasion, au quartier environnant ; via le développement d’un projet d’économie sociale, de réflexion urbaine et de création et de diffusion artistique. La programmation artistique ne s’est réellement affranchie des années de travaux de rénovation et d’activités ponctuelles qu’en février 2000, lors de l’ouverture officielle, dans le contexte de Bruxelles 2000, (capitale culturelle de l’Europe). Depuis, le mode de fonctionnement s’est professionnalisé et l’organisation s’est forgée son propre visage. Le choix et le contenu des diverses disciplines se sont clarifiés, bien que Recyclart reste souple et perméable aux inspirations nouvelles et insoupçonnées. Recyclart a été dès le départ fortement lié au lieu dans lequel l’association est située et fortement ancrée dans un quartier et une ville qui l’entoure. Transformer la rupture urbaine provoquée par la Jonction Nord-Midi en une liaison vivante, assurer un lien fort entre les différents quartiers qui l’entoure est un but que l’association a poursuivi depuis sa naissance. L’association reste aujourd’hui un projet urbain. Elle s’inspire de la ville qui l’entoure et laisse sa porte grande ouverte aux phénomènes urbains (qu’ils soient d’ordre culutrel, sociaux ou économiques). Recyclart intègre tous les volets du processus artistique en son sein : la création (via notamment la mise à disposition d’espace à des jeunes artistes) la diffusion (via une programmation de qualité) et la produc- tion (via la réalisation concrète de pièces de design, de décors de théâtre ou d’installations plastiques…). Recyclart ne pose aucune hiérarchie entre les disciplines et défend un art à la fois ouvert sur l’érudit et le populaire. Recyclart défini l’art comme un outil « politique » qui fait réfléchir sur notre société et aide à la construction d’une véritable cohésion sociale en ville et à la construction d’un pont entre les cultures, les classes sociales et les univers différents. L’accent est donc mis sur le petit, le fragile, et le vulnérable. La part belle de notre programmation porte sur les “sub-cultures” et les nouveaux mouvements culturels urbains qu’il prennent naissance en Europe ou dans d’autres régions du monde. Recyclart s’intègre dans une dynamique d’économie sociale. L’association répond en cela au discours dominant du « renouveau des industries culturelles » et de l’importance de la « ville créative » par une vision plus locale et plus solidaire. Recyclart engage en effet dans le cadre d’un programme de transition professionnelle une quinzaine de personnes, composant notamment ses équipes de menuisiers, métallos, gestion d’infrastructure, ou de cuisine, mais aussi son centre d’art. Dans ce cadre, Recyclart défend une vision liée à la remise à l’emploi, plutôt que l’employabilité. Il s’agit en effet de créer les opportunités néces- saires à chacun de réaliser ses propres objectifs professionnels plutôt que de les « formater » à un marché de l’emploi de plus en plus individualiste. Pour réaliser cette mission, Recyclart s’est divisé en trois entités avec des objectifs différents mais conjoints: – Un centre d’arts assurant une programmation artistique de qualité reconnue par la Communauté Française et la Vlaamse Gemeenschap ; – Fabrik : un centre de production artisanal composé de trois ateliers : menuiserie, construction métallique et gestion d’infrastructure. Centre lié à un programme de transition professionnelle, soutenu notamment par la Région de Bruxelles-Capitale.  – Le Bar Recyclart : occupant l’ancien buffet de la gare, proposant une carte variée, également lié à un programme de transition professionnelle. Même si chaque entité peut fonctionner indépendamment, l’idée de base est de créer au cours de l’année des convergences, des activités communes reflétant l’identité multiple du lieu.

Recyclart Art Center

Voir la page Facebook
Voir le site web

En 1997, la cellule urbanisme de la ville de Bruxelles propose un projet pilote urbain (PPU) à l’Union européenne. Ce projet fut approuvé, et financé dans ce cadre jusqu’en 2001. La mission première de l’assoication , fraîchement créé, était d’insuffler un second souffle aux bâtiments abandonnés de la station Bruxelles-Chapelle et, par la même occasion, au quartier environnant ; via le développement d’un projet d’économie sociale, de réflexion urbaine et de création et de diffusion artistique. La programmation artistique ne s’est réellement affranchie des années de travaux de rénovation et d’activités ponctuelles qu’en février 2000, lors de l’ouverture officielle, dans le contexte de Bruxelles 2000, (capitale culturelle de l’Europe). Depuis, le mode de fonctionnement s’est professionnalisé et l’organisation s’est forgée son propre visage. Le choix et le contenu des diverses disciplines se sont clarifiés, bien que Recyclart reste souple et perméable aux inspirations nouvelles et insoupçonnées. Recyclart a été dès le départ fortement lié au lieu dans lequel l’association est située et fortement ancrée dans un quartier et une ville qui l’entoure. Transformer la rupture urbaine provoquée par la Jonction Nord-Midi en une liaison vivante, assurer un lien fort entre les différents quartiers qui l’entoure est un but que l’association a poursuivi depuis sa naissance. L’association reste aujourd’hui un projet urbain. Elle s’inspire de la ville qui l’entoure et laisse sa porte grande ouverte aux phénomènes urbains (qu’ils soient d’ordre culutrel, sociaux ou économiques). Recyclart intègre tous les volets du processus artistique en son sein : la création (via notamment la mise à disposition d’espace à des jeunes artistes) la diffusion (via une programmation de qualité) et la produc- tion (via la réalisation concrète de pièces de design, de décors de théâtre ou d’installations plastiques…). Recyclart ne pose aucune hiérarchie entre les disciplines et défend un art à la fois ouvert sur l’érudit et le populaire. Recyclart défini l’art comme un outil « politique » qui fait réfléchir sur notre société et aide à la construction d’une véritable cohésion sociale en ville et à la construction d’un pont entre les cultures, les classes sociales et les univers différents. L’accent est donc mis sur le petit, le fragile, et le vulnérable. La part belle de notre programmation porte sur les “sub-cultures” et les nouveaux mouvements culturels urbains qu’il prennent naissance en Europe ou dans d’autres régions du monde. Recyclart s’intègre dans une dynamique d’économie sociale. L’association répond en cela au discours dominant du « renouveau des industries culturelles » et de l’importance de la « ville créative » par une vision plus locale et plus solidaire. Recyclart engage en effet dans le cadre d’un programme de transition professionnelle une quinzaine de personnes, composant notamment ses équipes de menuisiers, métallos, gestion d’infrastructure, ou de cuisine, mais aussi son centre d’art. Dans ce cadre, Recyclart défend une vision liée à la remise à l’emploi, plutôt que l’employabilité. Il s’agit en effet de créer les opportunités néces- saires à chacun de réaliser ses propres objectifs professionnels plutôt que de les « formater » à un marché de l’emploi de plus en plus individualiste. Pour réaliser cette mission, Recyclart s’est divisé en trois entités avec des objectifs différents mais conjoints: – Un centre d’arts assurant une programmation artistique de qualité reconnue par la Communauté Française et la Vlaamse Gemeenschap ; – Fabrik : un centre de production artisanal composé de trois ateliers : menuiserie, construction métallique et gestion d’infrastructure. Centre lié à un programme de transition professionnelle, soutenu notamment par la Région de Bruxelles-Capitale.  – Le Bar Recyclart : occupant l’ancien buffet de la gare, proposant une carte variée, également lié à un programme de transition professionnelle. Même si chaque entité peut fonctionner indépendamment, l’idée de base est de créer au cours de l’année des convergences, des activités communes reflétant l’identité multiple du lieu.

La sélection trax

Club Trax : Antal & Alexander Nut

00H . La Belle Electrique Grenoble