Munich : un club interdit l’entrée aux porteurs de fourrure

Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©Velu
Le 05.02.2020, à 18h24
02 MIN LI-
RE
©Velu
Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©Velu
0 Partages
Un club de Munich a décidé d’interdire l’entrée aux visiteurs portant des fourrures, qu’elles soient authentiques ou imitées. Un choix fort qui rappelle qu’un club est aussi un lieu où s’expriment des valeurs politiques, morales et sociales.

Pelz Verboten. Fourrure interdite. C’est la nouvelle réglementation appliquée depuis vendredi dernier par le Bahnwärter Thiel, club et tiers-lieu culturel de la ville de Munich en Allemagne. Une décision visant aussi bien les vraies fourrures que les imitations, qui perpétuent le glamour en occultant le mortuaire. Dans l’annonce faite sur Facebook, le club rappelle son attachement à la liberté individuelle, valeur phare de la culture techno, mais prend tout de même le parti de la réduire au nom d’idéaux humanistes. De la même manière qu’on exclut des clubs le racisme, le sexisme et l’homophobie, pourquoi ne pas en exclure le spécisme, cette construction idéologique qui place l’humain au sommet d’une hiérarchie animale cautionnant, à terme, l’industrie agroalimentaire et l’écorchage de nos amis les animaux pour habiller nos épaules ? Radical, mais pas inédit, le raisonnement peut se tenir.

Höchste Eisenbahn ein Zeichen gegen Pelz zu setzen!Seit unserer Eröffnung 2015 überlegen wir Besuchern mit Pelz den…

Publiée par Bahnwärter Thiel sur Vendredi 31 janvier 2020

Ci-dessous, la traduction du post :

« Depuis notre ouverture en 2015, nous envisageons de refuser officiellement l’entrée aux visiteurs portant de la fourrure. Bien sûr, la liberté individuelle est un bien élevé, ce qui nous a longtemps fait hésiter. Mais dans une société éclairée, les colliers de fourrure nous mettent mal à l’aise. Des animaux sont détenus et tués dans des conditions inacceptables, juste pour un accessoire. Même le port de fourrures anciennes ou d’imitations rend la fourrure plus présentable. Nous vous demandons donc de comprendre que nous n’entamerons plus de discussions à ce sujet et que nous prendrons une position claire. »

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant