Des chercheurs allemands auraient trouvé la solution pour organiser des concerts sans virus

Écrit par Flora Santo
Photo de couverture : ©Stefan Junker
Le 03.11.2020, à 13h58
02 MIN LI-
RE
©Stefan Junker
Écrit par Flora Santo
Photo de couverture : ©Stefan Junker
Les chercheurs de l’initiative Restart-19, qui avaient mis en place une expérience afin d’étudier la transmission du coronavirus, ont publié leurs résultats : sous certaines conditions, des concerts avec un très faible risque de contamination pourraient avoir lieu.

Lancée en août dernier, l’initiative allemande Restart-19 rassemblait quelques 2 000 volontaires dans une salle de concert à Leipizig dans le cadre d’une expérience de mise en situation. L’objectif de l’étude menée par le centre de médecine universitaire de Halle était d’étudier la transmission du virus dans un lieu clos, à travers trois concerts aux configurations différentes.

Des concerts à risque de transmission très faible

Les résultats de l’étude viennent d’être publiés le 29 octobre par l’Université de médecin de Halle. Le rapport affirme que, si les règles sanitaires sont appliquées et respectées lors d’un concert ou évènement similaire, les risques de transmission sont « faibles, voire très faibles ». Une bonne ventilation serait cruciale dans la limitation des risques.

Ainsi, en respectant diverses recommandations telles que la mise en place d’une technologie de ventilation appropriée, le port imposé du masque, l’organisation adaptée des places et du nombre de participants, l’installation de différentes portes d’accès à l’évènement et l’obligation pour les participants de ne manger qu’une fois assis, des concerts pourraient être organisés avec un risque de transmission très faible.

« Les résultats sont consistants avec notre hypothèse selon laquelle les contacts qui ont lieu durant un évènement n’impliquent pas tous les participants », explique le rapport. « Ainsi, des évènements pourraient se tenir, sous certaines conditions spécifiques, pendant la pandémie ».

Si l’Allemagne vient d’instaurer un confinement partiel pour une durée minimum de 4 semaines, ces résultats pourraient bien, dans le futur, permettre à l’industrie de la musique de doucement se relever.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant