C’est quoi ton blaze ? Dehousy

Écrit par Roxanne Gintz
Le 05.06.2015, à 11h40
03 MIN LI-
RE
Écrit par Roxanne Gintz
À l’occasion de son passage hier soir au Social Club pour la soirée du label français [re]sources, on fait le point sur Dehousy, figure montante de la scène bass music française option techno.

Musicien confirmé et mélomane averti, à seulement 22 ans, Dehousy est l’une des figures montantes de la scène électronique française. Producteur depuis ses 16 ans, il passe rapidement sur scène après la sortie en 2012 de son premier EP Back It Up, qui a envahi la Toile et élevé le jeune musicien dans les top charts des ventes Juno.

Après plusieurs prestations remarquées en France (notamment à Astropolis et Astropolis Hiver), il décide de partir durant l’été 2014 à Los Angeles pour produire Penpal Ballad, son deuxième EP en collaboration avec Ana Sia (Frite Nite). Au fil du temps, Dehousy acquiert le soutien d’un grand nombre d’artistes tels qu’OWSLA, Cashmere Cat, Sinjin Hawke, The Glitch Mob, Salva, Team Supreme, Liar et est également playlisté sur plusieurs médias comme BBC Radio 1, Triple J, Boiler Room et plus récemment sur Mouv’ pendant l’émission de Laura Leishman.

Après son dernier EP Persian Club signé sur le label italien Sea Punk Gang Records, le jeune producteur s’apprête un sortir un nouveau maxi sur le label parisien [re]sources.

C’est quoi ton blaze ? Dehousy

T’es qui en vrai ?

Charly, 22 ans, étudiant et musicien/producteur le reste du temps. 

C’est quoi ton crew ?

À la base je n’avais pas de crew quand je suis arrivé à Paris, puis Tommy Kid m’a invité à jouer à Rinse France. On a une vision et des goûts plutôt similaires en termes de musique, on s’est tout de suite bien entendu. Par la suite il m’a proposé de rejoindre [re]sources pour un EP.

T’es d’où ?

D’origine, je suis né à Nîmes mais j’ai passé toute ma jeunesse en Bretagne dans un petit canton, puis j’ai commencé à faire mes armes à Rennes pendant deux ans pour finalement arriver à Paris l’année dernière. 

C’est quoi ton son ?

Pour l’instant, je suis plus dans une phase d’expérimentation, je teste pas mal de styles, j’essaye de définir ce qui me plaît ou non et ce que j’aimerais composer à l’avenir. Mais je dirais que c’est un mélange hybride de bass music et de techno, on peut aussi retrouver des influences grime et jersey.

J’essaye de créer un contraste identifiable dans ma musique, de faire revivre le passé avec des éléments du futur. En ce moment, j’incorpore des anciens chants ethniques avec des synthés et percussions qui sont, à l’inverse, très industriels.

Dehousy

Tu joues quoi en soirée ?

J’essaye de jouer un maximum de tracks qui ne sont pas sortis, ou que je n’ai pas encore sortis, ou que des producteurs m’envoient. Je complète ça avec mes morceaux préférés du moment. Je joue régulièrement des tracks de Tessier-Hashpool Recordings et Her Records, ce sont mes deux coups de cœur de 2015.

Tu tournes un peu ? Y a des zouz à tes soirées ?

Pas vraiment, 2014 était assez calme. Je tourne un peu plus depuis que je suis arrivé à Paris et que j’ai rejoint le crew [re]sources. Cet été, j’aurai l’occasion de faire quelques dates en France (Paris, Rennes, Tours) et aux USA (Los Angeles, New-York).

C’est quoi ton lieu ?

Je n’ai pas encore vraiment de lieu à Paris, même si je passe pas mal de soirées bien cool à La Java. Mais sinon quand je reviens en terre Bretonne, je traîne pas mal au 1988 Live Club à Rennes.

T’écoutes quoi en vrai, y a quoi dans ton iPod ?

Je passe pas mal de temps à faire de la musique, du coup pendant mon temps libre j’aime bien écouter de tout, sauf de la musique électronique. En ce moment j’ai une grosse période Don Ellis et Gustav Holst. Mais dans l’ensemble, tu trouveras du classique, du jazz, du rap et de l’indie.

C’est quoi la suite pour toi ?

Il y a mon prochain EP Unknown Fluids qui sort sur [re]sources le 16 juin avec des remixes de Liar (Tessier-Ashpool), Trap Door (Gang Fatale) et Tomas Urquieta (Infinite Machine). Je tournerai un peu cet été notamment au Peacock Society le 10 juillet sur la scène Trax. Puis durant le mois de septembre, je pars aux USA pour quelques dates et finaliser mon prochain EP.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant