C’est quoi ton blaze ? Christopher Dixit + full stream de son dernier EP

Écrit par Roxanne Gintz
Le 24.07.2015, à 16h03
04 MIN LI-
RE
Écrit par Roxanne Gintz
À l’occasion de la sortie de son EP L.B.B.M., nous vous présentons le petit dernier du label français Nowadays Records, Christopher Dixit.

Un jeune homme tout ce qu’il y a de plus normal et sans prétention aucune, ça fait toujours du bien à croiser. C’est donc naturellement sous son vrai nom que Christopher Dixit se produit, sans aka mais avec plusieurs cordes à son arc : en plus d’être le dernier talent beatmaker déniché par la maison Nowadays Records (qui héberge la nouvelle scène française comme Fakear, DouchkaPhazz, La Fine Equipe…), Christopher Dixit appartient également au collectif OKAMI (BlackDoe, Blaze, DFNSE, Joel Ithindo) et est photographe à ses plus belles heures. Le 17 juillet, il a sorti chez Nowadays Records son EP L.B.B.M (Little Black Beard’s Mood), disponible sur iTunes.

L’occasion pour nous de vous le faire découvrir et de vous présenter son créateur.

C’est quoi ton blaze ? Christopher Dixit

C’est quoi ton blaze ?

Bizarrement, mon blaze à toujours été le même depuis l’enfance, c’est-à-dire mon nom de famille : Dixit. Va savoir pourquoi, seuls les profs et quelques amis de ma famille m’appelaient Christopher, du coup je n’ai pas vraiment l’habitude que l’on m’appelle par mon prénom. Je crois qu’en plus ça signifie « il a dit » en latin, et vu que je ne parle pas beaucoup, j’avais toujours le droit à une petite boutade à ce sujet.

T’es qui en vrai ?

Pour résumer : un jeune de 24 ans assez introverti qui kiffe faire du son et matter des animes de mangas avec une bouteille de jus à portée de main. Après le reste, c’est juste des détails…

Tu viens d’où ? J’ai grandi et vécu jusqu’aujourd’hui à Dugny, une petite commune du 93, plutôt proche de tout mais pourtant assez méconnue. En général, quand je dis où j’habite, 80% du temps on me répond : « Où ça ?! »

C’est quoi ton crew ?

C’est quatre gars que j’ai rencontré chacun en 2013 : Blaze!, BlackDoe, DFNSE (tous les trois beatmakers) et Joel Itshindo (réalisateur). On a commencé à se croiser assez régulièrement lors de petits events de beatmakers. Puis l’ajout sur Facebook, les discussions, les sessions beatmaking, les bouffes improvisées… Disons qu’en quelques mois on a formé une équipe sans même le savoir. En fait, ça s’est fait naturellement. Et j’ai aussi une petite pensée pour mon gars Gio (beatboxer) qui était avec nous au début, mais qui est retourné dans son pays natal pour se ressourcer.

C’est quoi ton son ? 

Un peu un mélange de mes influences additionnées à mon humeur sur le moment. Je fais surtout du son parce que ça me permet de me détendre et de me sentir bien. Beaucoup me voient comme une gars qui produit des gros sons lourds et techniques, parce que c’est ce que je poste de temps en temps sur le Net, mais en vérité j’expérimente beaucoup. J’expérimente tellement que parfois les sons que je produis ne ressemblent à rien, d’ailleurs j’en ai effacé beaucoup comme ça. Mais bon, ça, il n’y a que moi qui le sait. En tout cas, je continue parce que j’aime ça et que je commence à concrétiser certaines expérimentations.

C’est quoi cet EP ?

En gros, cet EP c’est cinq tracks que j’ai fait au mois de juin. Je me suis rendu compte qu’ils se ressemblaient un peu entre eux, du coup j’ai décidé d’en faire un EP. Vu que je venais d’uploader mon premier EP un mois avant, je me suis dis “pourquoi pas un second.”

Tu fais quoi en live ?

Je n’ai pas encore fait de prestations officielles en live, mais j’ai récemment appris à me servir de Traktor pour mixer. Maintenant, je me débrouille plutôt bien, il ne manque que les occasions à exploiter.

Tu tournes un peu ? Y’a des zouzs à tes soirées ?

Tourner ? Non pas vraiment. Concrètement j’ai fait deux ou trois mix pour des radios, et il y a tout juste deux semaines, je mixais avec BlackDoe au Wanderlust pour TMPL. Mais à l’avenir, oui pourquoi pas tourner un peu ça peut être cool ça.

T’écoutes quoi en vrai ? Y a quoi dans ton iPod ?

Je suis très périodique en matière d’écoute musicale. Mon humeur l’emporte aussi sur ce que je vais écouter. Je peux écouter du zouk rétro (uniquement rétro), du soukouss, du hip hop, de la trap, de la soul, de la pop, mes propres prods… Mais j’admets être assez constant sur le jazz que j’écoute presque tous les jours à la radio, dans la voiture.

C’est quoi la suite ?

Je ne peux même pas te dire ce que je vais faire la semaine prochaine, mais pourquoi pas un troisième EP un peu plus abouti avec une histoire, de la matière, des dialogues… Un genre de film audio. On verra…

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant