Ce court-métrage imagine un monde où l’on serait obligé de raver sans jamais s’arrêter

Écrit par Théophile Robert
Le 26.11.2018, à 15h41
02 MIN LI-
RE
©D.R
Écrit par Théophile Robert
Un crowdfunding pour Come Down, un court-métrage de science-fiction dans lequel la rave ne s’arrête jamais a été lancé par un jeune réalisateur italien. Cette œuvre cinématographique plonge le spectateur dans un futur dystopique où tout individu est perpétuellement noyé sous décibels et psychotropes. Claustrophobes s’abstenir !


Raconter l’histoire d’une cité futuriste et dystopique : voilà le concept de Come Down. Par l’usage de VFX, de 3D et d’images fractales, le film dresse un tableau sombre et tourmenté d’une société manipulée par un gouvernement la maintenant dans un « état de rave » permanent : de la musique électronique aussi puissante que brutale est continuellement diffusée dans les rues et lieux publics.

Ici, c’est une société monotone, entêtante et éreintante, à la manière d’une rave trop longue et sans repos qui est décrite. Tout y est permis et les excès tels que la prise de psychotropes sont « grandement encouragés par l‘autorité en place », explique le réalisateur Lorenzo Nera. Un seul interdit subsiste : le gouvernement punira quiconque utilisera bouchons d’oreille, casque ou quelconque entrave au joug auditif imposé aux citoyens. « Le but de cette société est de maintenir la population dans un état productif, en même temps que dans une confusion extrême. »

   À lire également
Le jeu de tactique qui vous plonge dans les entrailles des clubs underground de Berlin en 2089 vient de sortir

Si son projet est déjà bien avancé, Lorenzo Nera a lancé une campagne de financement participatif sur le site Indiegogo pour couvrir les coûts de postproduction, tels que le mixage sonore de la bande originale « créée spécialement pour cette ville claustrophobique », ou les effets spéciaux. Ces derniers serviront à modéliser « la création d’une imagerie fractale et hallucinatoire ». Une partie des 5300 £ nécessaires au film aidera aussi celui-ci à participer à des festivals, ainsi qu’à remercier les contributeurs en leur offrant une copie du film. il a déjà récolté 1790 £.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant