Carpenter Brut signe la B.O. d’un film de science-fiction cyberpunk hors-norme

Écrit par Sarah Pince
Photo de couverture : ©D.R
Le 01.09.2020, à 17h32
02 MIN LI-
RE
©D.R
Écrit par Sarah Pince
Photo de couverture : ©D.R
Le duo français Seth Ickerman viennent de sortir Blood Machines, un “cosmic opera” sur une BO orchestrée par Carpenter Brut. Véritable odyssée spatiale psychédélique, ce moyen-métrage est un spectacle audio-visuel à petit budget et made in France de haute volée, et à retrouver en salles du 1er au 4 septembre.

Blood Machines est un space opera aux couleurs néons, qui suit la quête de deux chasseurs de l’espace à la recherche du spectre d’une femme. Une odyssée cosmique entre science-fiction et film d’horreur des années 1980, qui questionne l’avenir des machines dans le monde des humains. Une thématique transhumaniste futuriste mais éminemment actuelle déroulée dans un univers visuel rétro et cyber-punk. Le duo de réalisateurs français ont voulu livrer une approche plus poétique et fantastique de ce thème classique du 7e art.

Blood Machines est la suite plus ambitieuse de la vidéo à succès de “Turbo Killer”, réalisée par le duo pour Carpenter Brut en 2016. L’idée était de construire un véritable film reprenant l’intrigue du clip autour d’une BO orchestrée par l’artiste de synthwave français : « Avec Carpenter Brut, nous en sommes naturellement venus à collaborer pour donner vie au clip que nous rêvions de voir : Turbo Killer. Pensé comme le segment d’une œuvre plus vaste, Turbo Killer pose les bases d’un univers que Blood Machines continue d’explorer. » explique Seth Ickerman.

Un film à petit budget digne des grandes productions américaines

Inspiré par les grandes œuvres de sciences fictions telles que Star Wars, Blade Runner, ou A.I, ce moyen-métrage est le fruit d’un travail de longue haleine réalisé par Raphaël Hernandez et Savitri Joly-Gonfard, deux geeks passionnés par l’univers de la science-fiction. Le duo français a su créer son propre monde rétro-futuriste coloré, mélangeant éléments organiques et images de synthèse. En 2009, l’équipe de Tracks d’Arte visitait leur étonnant studio-garage des Hautes-Alpes.

Ce style artisanal DIY propre aux deux Français est aussi le fruit d’un budget réduit. Le film a été financé par deux campagnes de financement participatif sur Kickstarter qui leur ont permis de lever près de 300 000 euros. En 2019, Blood Machines à fait la tournée des festivals à travers le monde, et a reçu diverses récompenses dont un Génie Award, l’équivalent des Césars des Effets Numériques, lors du Paris Images Digital Summit.

Accessible uniquement à l’international jusqu’à aujourd’hui, le film de 50 minutes s’invite sur les écrans français. Blood Machines est disponible du 1er au 4 septembre dans 50 salles appartenant au réseau CGR EVENTS. La séance est suivie de la projection d’un making-of du film. Il sera également disponible dès le 21 mai 2020 sur la plateforme de streaming Shudder.

Plus d’informations sur le site de CGR EVENTS.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant