Cannes : Les tenues de Kiddy Smile sur le tapis rouge ont bousculé “les codes de l’élégance à la française”

Écrit par Cécile Giraud
Photo de couverture : ©Reuters
Le 20.05.2019, à 12h12
02 MIN LI-
RE
©Reuters
Écrit par Cécile Giraud
Photo de couverture : ©Reuters
Après son t-shirt floqué “Fils d’immigré, noir et PD” à l’Elysée, Kiddy Smile a de nouveau envoyé valser les codes de l’élégance “à la française” au Festival de Cannes. À l’occasion des avant-premières des films Atlantique (Mati Diop) et Gloire et Douleur (Pedro Almodovar), l’artiste a monté les prestigieuses marches vêtu d’une combinaison à sequin et d’une cape renversée à imprimé fleuri. Loin du protocole strict, noué d’un noeud papillon, Kiddy Smile remet en cause les règles genrées et protocolaires de l’industrie du cinéma.


Cette année, comme dirait RuPaul, “Can i get an ‘Amen’ up in here” pour Kiddy Smile, l’égérie queer de la musique française, qui s’est ramenée sans smoking mais non sans classe sur le tapis rouge ? Les tenues, signées Nicolas Lecourt Mansion pour la cape renversée fleurie et Kiddy Smile himself pour la combinaison à sequins, ont fait parler d’elles tout le weekendAussi splendides que controversées, elles viennent « rebattre les cartes d’un protocole particulièrement élaboré et prestigieux », comme l’explique l’artiste sur les réseaux sociaux. 

Le festival de Cannes est une vieille institution. Né en 1946, sa renommée internationale en fait le plus grand rendez-vous du 7ème art au monde. Très médiatisé lors de la célèbre montée des marches, il est aussi un défilé somptueux, où talons et smokings résument le protocole impératif d’une cérémonie guindée. Mais « on peut être élégant autrement que dans un costume, il faudrait que Cannes le comprenne », déclare Kiddy Smile. S’il remercie dans ses posts le festival de lui avoir permis de porter ces tenues, il n’a pas eu besoin de demander l’autorisation : « Cette année, j’avais tout simplement envie de porter un robe, mais peut être que l’année prochaine, si je suis invité, j’aurai envie de porter un costume avec un noeud papillon! »

À l’image de l’acteur Billy Porter aux Oscars cet hiver, Kiddy Smile n’est pas le premier à vouloir envoyer valser les dogmes genrés du Festival de Cannes, vieux de 73 ans. L’année dernière, Kristen Stewart avait bravé pieds-nus la meute de journalistes pour dénoncer le port obligatoire et obsolète des talons pour les femmes lors du festival. Aujourd’hui, c’est à Kiddy Smile de conclure « Espérons que ça permette à des artistes de pouvoir sortir de cette entrave qu’est l’élégance à la française du Festival de Cannes en costume ».

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant