Bordeaux : un nouveau dancefloor tout neuf ouvre dès ce soir dans l’enceinte du BT59

Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©D.R.
Le 18.09.2019, à 14h26
02 MIN LI-
RE
©D.R.
Écrit par Trax Magazine
Photo de couverture : ©D.R.
A Bordeaux, le BT59 évolue : nouveau nom, nouveaux décors, nouvelle identité visuelle, tout cela est à découvrir dès ce week-end pour trois soirées de concert rendues gratuites spécialement pour l’occasion.

Le club bordelais BT59 a profité de l’été pour faire peau neuve, et revient pour cette nouvelle saison sous la seule abréviation BT. Ce choix s’explique par la volonté de « marquer un changement tout en conservant un lien historique de celui auquel le public bordelais est attaché », comme nous l’indique Rihab Hdidou, membre de l’équipe. 

Rénovée, forte d’une organisation spatiale toute neuve (bars intérieurs rééquipés, création d’un deuxième comptoir et travail sur l’éclairage extérieur) la scénographie a été confiée à l’artiste local Charl Zarl, qui a principalement travaillé à partir de ces nouveaux espaces.  

Le club possède également une nouvelle direction artistique, dont la ligne est claire : le club souhaite se positionner comme défricheur, et invite pour ce faire Christophe Clément (ancien programmateur du Batofar et du Razzle) aux manettes de la programmation. La nouvelle édition ne tardera sans doute pas à conquérir son public, avec un format de soirées qui oscillent entre découvertes et artistes incontournables. Ainsi, Rihab Hdidou indique : « on veut tenter de se détacher un peu de ce qui est attendu, surprendre en allant défricher et faire découvrir des artistes et des collectifs qui ont une énergie, des choses à raconter et un univers fort. »

Pour ce faire, la nouvelle équipe artistique a tout de suite frappé fort avec ses soirées d’inauguration gratuites, prévues entre jeudi et samedi soir. Au programme, parmi d’autres, un set rare de l’anglais James Ruskin, le cofondateur et directeur du label Blueprint Records qui élabore une techno directement inspirée de celle de Detroit.

Le vendredi, ce sera la grime/jungle de l’anglais Sam Binga qui résonnera, ainsi que la bass music du reconnu Om Unit, tandis que la veille aura vu se produire Tryphème, jeune productrice française dont les derniers titres ont été sacrés EP du mois dans le numéro 222 de Trax Magazine.

Voulant créer une atmosphère « comme à la maison » avec une programmation qui mélange pionniers reconnus des musiques électroniques et talents novateurs, le club prévoit de la minimale expérimentale avec le Hongrois Gábor Lázár, de la techno avec Claro Intelecto ou encore de la drum’n’bass avec Elisa Do Bresil.

Autre changement, une nouvelle identité visuelle se retrouvera principalement dans un nouveau graphisme, réalisé par Charlotte Saysset, les stickers recouvriront bientôt tous les murs de la ville. « On a voulu s’inspirer du principe des petits stickers qu’on trouve sur les fruits. On en collera partout, sur nos affiches, nos flyers, dans le lieu (…) ça met un peu de couleur dans le clubbing qui a souvent été rattaché à des couleurs assez sombres », conclut Rihab.

La rentrée bordelaise s’annonce donc hypnotique et colorée, à l’image d’une ville qui bouge.

Toutes les informations sont à retrouver sur la page Facebook du club.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant