Blade Runner : Quand le grand Vangelis composait la bande-son de novembre 2019

Écrit par Jean Gueguen
Le 29.11.2019, à 18h20
02 MIN LI-
RE
Écrit par Jean Gueguen
0 Partages
Lorsque le film Blade Runner sort en 1982, il figure un novembre 2019 pré-apocalyptique. 40 ans plus tard, et alors que son compositeur vient tout juste de nous quitter, la bande originale composée par Vangelis n’a pas pris une ride. Peut-être parce qu’elle est autant machine qu’humaine ?

edit : article mis à jour le 20 mai 2022 à 16h11

Novembre 2019. Los Angeles. Des pluies d’acide s’abattent sur la métropole grisâtre, les animaux ont pratiquement disparu de la surface de la Terre tandis que les humains les plus fortunés migrent vers les colonies spatiales. C’est le cadre dystopique du classique de la science-fiction Blade Runner, sorti en salle en 1982. Si cette vision cauchemardesque n’est encore aujourd’hui qu’un horizon menaçant, pourtant bien réel, l’univers du romancier Philip K. Dick, dans son adaptation au cinéma par Ridley Scott, a su marquer une génération d’artistes, et notamment de musiciens électroniques. Car si le film a pu époustoufler par la qualité de ses images, celles-ci seraient restées bien muettes sans les textures sonores brillamment improvisées par le génial Vangelis.

En 2017, alors que sortait le sequel, Blade Runner 2049, FACT Magazine publiait un mini documentaire témoignant de l’impact de la BO sur toute une génération de musiciens électroniques. Le décès du compositeur grec, survenu ce 17 mai 2022 à l’âge de 79 ans, ne rend cet impact qu’encore plus évident.

Pour ce pionnier du synthétiseur, dont l’œuvre est indissociable du fameux Yamaha CS80, 1982 est l’année de la consécration : un oscar pour la bande originale des Chariots de feu (1981) et une collaboration avec Ridley Scott récemment révélé par Alien, le huitième passager (1979), avec qui il travaillera de nouveau sur 1492 : Christophe Colomb (1992).

La bande originale de Blade Runner, qui a connu presque autant de versions que le film lui-même, frappe par son syncrétisme qui épouse celui de l’image : un mélange de la synthèse sonore qui imprègnera les années 1980 et de sonorités orientales apportant le mysticisme dans le futurisme.

Jouant déjà de l’ambivalence entre organique et machinique, la bande originale composée par Vangelis demeure toujours aussi actuelle, 40 ans plus tard.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant