Berlin : une expo hors norme réunit 25 photographes pour retracer 30 ans de fête

Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©D.R.
Le 13.09.2019, à 14h53
02 MIN LI-
RE
©D.R.
Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©D.R.
Du 13 septembre au 30 novembre, le C/O Berlin accueille l’exposition No Photos On the Dancefloor. Véritable archive de la vie nocturne et festive, elle réunit les travaux de plus d’une vingtaine de photographes pour retracer trente ans de fête dans les clubs berlinois.

Et si 30 ans de club vous étaient contés en photos ? C’est à ce beau projet que s’attelle l’exposition No Photos On the Dancefloor — Berlin, 1989 — today, débutée aujourd’hui au C/O Berlin et visible jusqu’au 30 novembre. Ce nom apparemment paradoxal se réfère à l’habitude qu’ont prise la plupart des clubs berlinois d’interdire les photographies, et pourtant…

« Pour moi, un club est une grande machine à abstraction qui produit constamment des images. Elles sont souvent au seuil du visible, quand les volutes s’élèvent et que tu lèves les yeux au plafond pour regarder les lumières. Des choses intangibles brillent et scintillent là », explique Wolfgang Tillmans, photographe de l’exposition.

La chute du mur de Berlin en 1989 a permis l’éclosion d’une vie nocturne désormais bien connue des fêtards du monde entier. Si la techno n’est pas née à Berlin, elle s’y est pourtant épanouie lors de rassemblements comme la Love Parade ou dans des clubs : l’UFO, le Tresor, le Planet, aujourd’hui le Berghain, le Sisyphos… La fête semble ne jamais s’arrêter, créant dans la danse et l’excès un lien fragile mais profond entre ses adeptes, créant des ponts entre les arts qui y participent, la musique et la danse d’abord, puis l’éclairage, la vidéo, la scénographie, la mode… La fête est un moment où convergent les talents, les techniques, les envies. Elle devient un art de vivre dont l’éclat éphémère peine parfois à remonter les sentiers sinueux de la mémoire. Un éclat que certains tentent d’immortaliser.

C’est le cas des 25 artistes réunis au sein de l’exposition No Photos On the Dancefloor, dont le catalogue a été constitué par Felix et Heiko Hoffmann. Parmi ces photographes, quelques noms ressortent, celui du musicien Marcel Dettmann, ou encore Sven Marquardt, l’iconique physio du Berghain. Les deux complices viendront d’ailleurs clôturer la série d’événements accompagnant l’exposition par une table ronde le 28 novembre.

 Après un vernissage le 12 septembre avec Modeselektor, d’autres événements ponctueront l’exposition : projections, tables rondes de professionnels ou d’invités prestigieux comme Ricardo Villalobos. Des soirées club auront même lieu dans les espaces d’exposition, hommage festif aux danseur. se.s d’autrefois, mise hors abyme de la fête, palingénésie du fêtard…

Toutes les informations sont à retrouver sur le site Internet de C/O Berlin.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant