Berlin : les clubs réclament à être reconnus comme institutions culturelles par l’Etat

Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©Daniel Brosch
Le 19.02.2020, à 14h16
02 MIN LI-
RE
©Daniel Brosch
Écrit par Jean Gueguen
Photo de couverture : ©Daniel Brosch
0 Partages
La semaine dernière, des représentants de la Commission Club de Berlin ont revendiqué devant des représentants du Parlement allemand la reconnaissance des clubs comme institutions culturelles. Ce changement de statut leur permettrait de consolider leur position face à une gentrification croissante qui tend à leur éloignement du centre-ville.

Mercredi 12 février dernier, les représentants des clubs allemands ont comparu devant une commission parlementaire dédiée au développement urbain et au logement pour revendiquer un changement de leur statut. Jusque-là classés comme “lieux de divertissements”, dans la même catégorie que les maisons closes, les casinos et les discothèques ne proposant pas de programmation artistique, les clubs réclament à être reconnus comme institutions culturelles, au même titre que les salles de concert, les opéras et les théâtres. Car comme l’affirme Pamela Schobess, représentante de la Commission Club de Berlin présente lors de cette rencontre, « la seule différence entre un opéra et un club est le style de musique » (propos rapportés par RBB). 

Ce statut d’institution culturelle, outre la question de légitimation d’un moyen d’expression artistique qu’il recouvre, offrirait aux clubs d’Allemagne une protection légale renforcée. Notamment dans de grandes villes comme Berlin, où la gentrification conduit à une multiplication des fermetures de clubs. En effet, alors que la vie nocturne berlinoise recouvre à la fois une culture vitale et une économie florissante, une centaine de clubs ont fermé ces dix dernières années. Aujourd’hui, une quinzaine seraient encore menacés par les plaintes de voisinages, l’augmentation des loyers et le non-renouvellement des baux. La dernière fermeture à déplorer étant évidemment l’iconique Griessmuehle, dont les activités culturelles dépassaient très largement la seule programmation musicale, déjà louable, d’un club techno underground.

Alors que la ville de Berlin, consciente de la richesse représentée par les clubs, subventionne depuis plusieurs années leur insonorisation, le plan proposé prendrait le problème à revers. Les défenseurs de la culture club ont en effet proposé que ce soit aux promoteurs immobiliers de prendre en charge l’insonorisation de leurs constructions si elles sont à proximité de clubs préexistants. Une proposition qui rejoint, tout en allant un pas plus loin, la récente réglementation protégeant les cafés-concerts en France. Alors, le Parlement allemand saura-t-il reconnaître la valeur de la culture club que le monde entier leur envie ?

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant