Belgique : l’excitante scène locale à l’honneur du festival Nuits sonores Bruxelles

Écrit par Jean Gueguen
Le 23.09.2019, à 16h02
03 MIN LI-
RE
©Brice Robert
Écrit par Jean Gueguen
La version belge de Nuits sonores, qui se tiendra cette année du 3 au 6 octobre dans la capitale, respire bien la nuit bruxelloise. En effet, le festival rassemblera, dans différents hauts-lieux culturels de la ville, une multitude d’artistes issus de la scène locale.

Pilotée par les équipes belges de BOZAR et Arty Farty Brussels et coordonnée par le Bruxellois Dorian Meeus (également organisateur des Garages Numériques), cette troisième édition de Nuits Sonores & European Lab Brussels qui se tiendra du 3 au 6 octobre prochain, est de nouveau coproduite avec BOZAR, institution et lieu culturel majeur de la ville, qui met à disposition quatre de ses plus belles salles pour la soirée Bozar Takeover du 4 octobre. Dans son sillage, une myriade d’acteurs et de lieux culturels bruxellois s’investissent dans l’événement pour créer un véritable foisonnement artistique le temps d’un week-end.

Ainsi, la soirée The Loop, collaboration inédite entre Nuits sonores et Nuits blanches Brussels, invitera à découvrir différents lieux de la zone Canal, « un quartier délaissé cette dernière décennie, mais qui connaît aujourd’hui un essor culturel palpitant avec de nouveaux lieux et projets tels que Sainctelette, KANAL – Centre PompidouLaValléeRecyclartMIMAQuay 01 », détaille Dorian Meeus. Parmi les étapes de cette déambulation artistique, le futur musée d’art moderne KANAL – Centre Pompidou, logé dans un ancien garage Citroën, LaVallée, coopérative dynamique où cohabitent artistes, créateurs et jeunes entrepreneurs, enfin la pépinière économique Be-Here qui accueillera sa première soirée club à cette occasion. Ces différents lieux de culture se prêteront à la fantaisie d’acteurs variés, comme les collectifs Under My Garage et Souk Sessions, qui investissent LaVallée, ou encore l’agence de booking bruxelloise Culte Agency qui programme au Be-Here des artistes belges de talent : Le MotelDTM Funk, Mika Oki et Zeta Lys.

Car le dynamisme culturel de la ville ne va pas sans la vitalité artistique de la scène belge actuelle, héritière d’une histoire riche, comme le rappelle Pierre-Marie Oullion, directeur artistique du festival : « cette ville-carrefour recèle un pan majeur de l’histoire des musiques électroniques : l’émergence du New Beat et de l’EBM (Electronic Body Music) avec des lieux phares comme l’Ancienne Belgique ou le Mirano ou des labels comme R & S. Cette histoire se prolongera avec l’émergence d’un club mythique : le Fuse. Entre-temps, Bruxelles est devenue cette terre d’accueil qui la place comme une des villes les plus cosmopolites au monde et un véritable champ magnétique pour les artistes de l’Europe entière ».

C’est cette grande diversité qu’a souhaité mettre en avant Nuits sonores Brussels, en faisant une place aux producteurs de beats hip-hop et footwork comme Le Motel ou DTM funk, à Rokia Bamba, activiste radio et DJ militante engagée dans la cause LGBT des diasporas africaines, à DJ Dziri qui mêle acid et percussion orientales… La scène expérimentale, particulièrement active en Belgique, sera aussi représentée, notamment par le live d’A z e r t y Klavierwerke ou le DJ set de Chris Ferreira à la soirée Bozar Takeover.

Nuits sonores Brussels s’annonce donc comme une formidable occasion de découvrir la vie culturelle et artistique de la capitale belge. « Nous essayons de créer des passerelles entre Lyon et Bruxelles car ces deux villes ont beaucoup de similitudes dans l’émergence d’une scène locale forte et qui s’exporte », explique Pierre-Marie Oullion. « L’enjeu pour nous n’est pas d’implanter un festival lyonnais à Bruxelles, mais bien de pérenniser un nouveau festival bruxellois ».

Toutes les informations sont à retrouver sur la page Facebook de l’événement.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant