Banksy finance un bateau pour secourir les réfugiés en Méditerranée

Écrit par Sarah Pince
Photo de couverture : ©Reuters
Le 28.08.2020, à 17h41
03 MIN LI-
RE
©Reuters
Écrit par Sarah Pince
Photo de couverture : ©Reuters
0 Partages
Depuis le 18 août, un bateau affrété par Banksy vient en secours aux réfugiés en Méditerranée. Le navire Louise-Michel, piloté par la militante allemande Pia Klemp et orné d’un graff du street artist, a déjà secouru plus de 220 personnes en mer. La maire de Marseille Michèle Rubirola s’est dite prête à ouvrir son port aux passagers du bateau humanitaire. Une initiative qui pourrait replacer la prise en charge de la crise migratoire par les États au centre du débat.

Edité le 2 septembre 2020 à 12h45

L’information a été révélée par le Guardian le 27 août : le street artist anonyme le plus connu de la planète a financé un bateau de sauvetage pour les réfugiés qui tentent de rejoindre l’Europe par la Méditerranée. Un projet tenu sous secret le plus longtemps possible pour éviter que les autorités ne fassent obstacle. Baptisé « Louise-Michel » en référence à une anarchiste française du XIXe siècle, le navire est un ancien bateau des douanes françaises de 31 mètres de long, orné d’un graff représentant une enfant équipée d’un gilet de sauvetage qui tient une bouée en forme de cœur – en clin d’œil à sa célèbre Petite Fille au ballon.

Depuis son départ du port espagnol de Borriana près de Valence, l’embarcation a recueilli plus de 220 personnes. Après un premier sauvetage jeudi, le Louise-Michel avait porté secours à 130 rescapés d’un canot pneumatique à la dérive. Les plus fragiles ont été évacués par les autorités italiennes de Lampedusa, et d’autres ont été transférés sur le Sea-Watch 4, bateau affrété par le collectif d’associations allemandes United4Rescue. Pia Klemp – capitaine du bateau qui a également participé à l’initiative de sauvetage en mer Sea-Watch 3 –  explique au Guardian espérer pouvoir « devancer les garde-côtes libyens avant qu’ils n’atteignent des bateaux avec des migrants et qu’ils ne les ramènent dans les camps de détention en Libye ». Près de 300 migrants ont déjà disparu en tentant de traverser la Méditerranée en 2020. Un chiffre qui reste largement sous-évalué selon l’Organisation internationale pour les migrants.

Le week-end dernier, l’équipage du navire avait lancé plusieurs appels de détresse pour pouvoir débarquer les passagers dans un port maritime ou pour les transférer aux garde-côtes européens. Des appels à l’aide restés sans réponses, jusqu’à ce que la mairie de Marseille se porte volontaire pour accueillir l’embarcation sur son port. « Des gens meurent en Méditerranée. Il est temps de les sauver », a déclaré la nouvelle maire de Marseille Michèle Rubirola dans un tweet samedi soir, en appelant à Emmanuel Macron. Les ports français étant sous tutelle de l’ État, Marseille doit bénéficier de l’autorisation de l’exécutif pour pouvoir accueillir le bateau. Le porte-parole du gouvernement s’est exprimé en faveur de l’accueil des passagers du Louise-Michel selon l’Express : « le bateau doit être accueilli […] et les migrants répartis », a déclaré Gabriel Attal.

La militante pour les droits humains a été contactée par Banksy : « Bonjour Pia, j’ai lu votre histoire dans les journaux. Vous avez l’air d’une dure à cuire », écrit-il dans un mail. « Je suis un artiste du Royaume-Uni et j’ai travaillé sur la crise des migrants, évidemment je ne peux pas garder l’argent. Pourriez-vous l’utiliser pour acheter un nouveau bateau ou quelque chose comme ça ? S’il vous plaît, tenez-moi au courant. Banksy. »

Pia Klemp a d’abord cru qu’il s’agissait d’un canular. Puis l’activiste allemande a compris que l’artiste britannique avait effectivement fait appel à elle pour ses prises de position politiques : « Je ne vois pas le sauvetage en mer comme une action humanitaire, mais comme faisant partie d’un combat antifasciste », déclare-t-elle au Guardian. Les dix membres d’équipage du Louise-Michel se revendiquent tous militants antiracistes et antifascistes luttant pour un changement politique profond.

L’artiste anonyme avait déjà montré son soutien aux réfugiés avec une série de peintures à l’huile réalisée en 2017. Le triptyque intitulé Mediterranean sea view 2017 a été mis en vente en juillet dernier au profit d’un hôpital à Bethléem. L’œuvre est estimée entre 800 000 et 1,2 millions de livres et reprend l’esthétique des tableaux de paysages marins du XIXe siècle en y intégrant des bouées et des gilets de sauvetage, symbolisant les réfugiés perdus en mer.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant