Appel des indépendants : 1 an après, l’initiative commence à porter ses fruits

Photo de couverture : ©Julien Mignot
Le 16.11.2021, à 11h25
03 MIN LI-
RE
©Julien Mignot
Photo de couverture : ©Julien Mignot
Mercredi 17 et jeudi 18 novembre se tiendront à Marseille les seconds états généraux des structures culturelles et des médias indépendants. Plus d’un an après la publication du manifeste de l’Appel des indépendants, retour sur les premiers effets concrets de cette initiative.

Face à la crise du secteur culturel provoquée par les confinements de l’année dernière, plus de 1500 structures culturelles et médias indépendants se sont engagés derrière l’Appel des indépendants. Après des mois de concertations, le mouvement a abouti sur les états généraux de la culture. Deux jours d’ateliers et de conférence à Lyon desquels est née la rédaction d’un manifeste de 250 pages qui rassemble leurs réflexions et propositions pour un nouveau contrat culturel et social. Un an et demi après cette publication, c’est au tour de Marseille d’accueillir la deuxième édition de ce rassemblement. L’occasion de rendre compte des premiers succès tangibles de l’initiative.

Des propositions bien accueillies par les pouvoirs publiques

« On a eu pas mal de solicitations de la part des élus qui voulaient une présentation des travaux », explique Anne-Caroline Jambaud, l’une des portes-parole de l’Appel des indépendants. « C’est une initiative qui a intéressé sur les territoires mais également au niveau national, puisqu’il y a eu une présentation du manifeste dans les cabinets du Premier ministre, de la ministre de la Culture, du ministère de la Cohésion des territoires… » Dans toute la France, des délégués de l’Appel ont donc pu rencontrer de nombreux élus et chargés de mission, répondre à leurs questions et leur présenter à la fois le manifeste dans le fond (ses propositions concrètes), mais aussi dans la forme (la démarche, la structure horizontale et intersectorielle), montrant ainsi par l’exemple qu’un nouveau modèle systémique est possible.

La ministre de la Culture tenant le manifeste dans ses mains aux Electropicales, à La Réunion©Gwael Desbont

Coïncidant avec les élections régionales, plusieurs de ces rencontres ont notamment abouti à l’intégration de certaines propositions directement tirées du manifeste dans le programme des candidats (EELV et PS). À Lyon, la métropole a suivi les recommandations du manifeste et a rapidement mis en place certaines idées, notamment pour apporter aux structures qui ont le plus souffert de la crise un soutien administratif et juridique efficace. À Bordeaux, la nouvelle municipalité a établi un dialogue privilégié avec l’Appel des indépendants au moment de la mise en place de ses politiques culturelles. « Dans l’ensemble, on a tous été surpris par la qualité de l’écoute qui nous a été accordée », constate Anne-Caroline Jambaud. « Ça leur parlait, et ils ont trouvé beaucoup d’intérêt dans ces propositions. En fait, tous ces élus ont juste besoin d’inspiration, de matière concrète », analyse Cyril Thomas-Cimmino, autre porte-parole de l’initiative. « Montrer l’importance de ces positionnements, on le fait tous à travers nos événements, mais ils n’y viennent pas. Malheureusement, tu ne verras jamais d’élus en club, ils ne pourront jamais se rendre compte que c’est en fait un véritable ring politique. Avec ce manifeste et en se regroupant, on a pu les toucher de façon plus directe. Et il y avait du répondant. »

Cap sur le futur

Cette écoute et l’intérêt porté par les élus aux revendications des structures culturelles indépendantes sont de bonne augure pour la suite. Les 17 et 18 novembre, les indépendants se réuniront à Marseille pour poursuivre leurs concertations lors des seconds états généraux. Parmi les thématiques de travail de ces deux journées d’ateliers et de débats se trouve notamment la volonté de faire resurgir les enjeux du secteur culturel lors des élections présidentielles de 2022. « La culture est toujours absente des programmes présidentiels, et surtout la culture indépendante. L’un des objectifs de ces états généraux est de faire parler de la culture pendant la campagne », rapporte Anne-Caroline Jambaud.

Ce deuxième rassemblement sera donc l’occasion réfléchir au mieux à la diffusion du manifeste et de ses propositions non seulement sur le territoire national, mais également au delà de ses frontières. Il s’agira notamment de préparer les prochains rendez-vous électoraux, comme ceux des européennes de 2024, l’un des axes de l’initiative de l’Appel des indépendants étant justement de fédérer le secteur culturel à l’échelle européenne pour faire corps contre les grands groupes. « C’est l’échelle la plus pertinente, on en est convaincus », appuie la porte-parole. « Il s’agit ici de se battre pour la diversité culturelle et le pluralisme des opinions dans un contexte de concentration croissante des multinationales et des grands groupes. C’est l’opportunité de travailler un maillage d’acteurs suffisamment dense pour pouvoir espérer peser face aux GAFAM. Les enjeux de diversité et de pluralisme doivent être prioritaires pour la commission européenne. »

Le reste du programme de ces états généraux est à retrouver sur la page Facebook de l’événement. Plus d’informations sur l’initiative et le manifeste sont à retrouver sur le site de l’Appel des indépendants.

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant