Une ancienne ferme du 19e siècle à 20 min de Paris va accueillir 1 mois de fête déconnectée

Écrit par Cécile Giraud
Photo de couverture : ©Thierry Guillaume
Le 26.05.2021, à 09h26
02 MIN LI-
RE
©Thierry Guillaume
Écrit par Cécile Giraud
Photo de couverture : ©Thierry Guillaume
0 Partages
2600 m² de jardins, des projections, des DJ sets, de quoi boire et manger local, le tout dans une ancienne ferme industrielle, sans téléphone. Voilà le topo d’un mois de fête façon Plein Soleil, un open air signé Bleue Nuit, la team du Sarcus et de Make it Deep.

On a deux questions : 1, c’est quand la dernière fois qu’on a fait la fête ? 2, c’est quand la dernière fois qu’on a fait la fête sans téléphone ? Sans mettre de photo en story pendant un concert ni demander “z’êtes où ?!” toutes les 5 minutes à votre clique partie chercher un tacos ? Oui, ça fait un petit moment. Après plus d’un an en camisole, comme le dit la team Bleue Nuit, il est temps de se dégourdir les pattes.

Zone culturelle éphémère et temple écolo

Et pour ce faire, direction Noisiel, à la Ferme du Buisson dans le 77. Au programme, un mois de musique, de bonne bouffe, de jeux, de sports, de cinéma et de drag show au cœur d’un îlot idyllique de 2 600 m² de terrain. Simon Hamel, co-fondateur de Bleue Nuit, parle du lieu avec des paillettes dans les yeux : « Je dirais que c’est le point fort de l’évènement. Il y a ces grandes halles qui surplombent tous ces espaces verts sublimes, c’est dépaysant ! », tease-t-il.

Au total, 32 rendez-vous originaux vont se succéder 7j/7 sous les charpentes industrielles. Sur les cinq week-ends d’exploitation de Plein Soleil, onze structures extérieures investiront le lieu pour organiser des événements diurnes. Parmi eux, deux clubs, deux labels, deux festivals, un média, deux collectifs et un disquaire, représentant la richesse de l’écosystème des musiques électroniques. « On est très heureux de cette programmation qui représente bien la diversité du paysage français », se réjouit Noé Thoraval, co-fondateur de Bleue Nuit.

Outre la création de cette zone culturelle éphémère foisonnante, Plein Soleil souhaite aussi créer une véritable communauté durable en faisant de la réduction de son impact carbone une priorité. Chaque projet est pensé dans le respect de la nature et toute la carte food et boisson est fournie par des partenaires situés à moins de 150 km.

Se déconnecter pour reconnecter

Sans vouloir revenir à l’âge de pierre, Plein Soleil tente de remettre le tout digital en question. C’est pour cette raison qu’à l’instar du Sarcus Festival, il faudra déposer son téléphone à l’entrée de l’open air dans une pochette Yondr. « Les notifications, écrans et réseaux sociaux ont complexifié de façon paradoxale notre capacité à vivre-ensemble, à communiquer et à nous exprimer », explique l’équipe. « Après une année de pandémie où les relations sociales non digitales ont été dramatiquement restreintes, le besoin de déconnexion est partagé par une majorité. »

01
©Thierry Guillaume

Et pour bien démarrer cette déconnexion, le Badaboum et le Rex Club s’occupent du line up main dans la main lors de l’opening du 3 juillet. Par la suite, d’autres takeovers de qualité sont à prévoir :

  • 4 juillet : Dure Vie
  • 10 juillet : Club Trax
  • 11 juillet : La Mona
  • 17 juillet : TBA
  • 18 juillet : Nodd Club
  • 24 juillet : Automatic Writing
  • 25 juillet : Microclimat 
  • 31 juillet : Yoyaku
  • 1er août : Monticule 

Toutes les informations et la programmation complète sont à retrouver sur la page Facebook de l’évènement.

0 Partages

Newsletter

Les actus à ne pas manquer toutes les semaines dans votre boîte mail

article suivant